La chaufferie d’Encagnane

Inaugurée en janvier 2014 à Encagnane, la chaufferie bois d’Aix-en-Provence dessert à l’heure actuelle le chauffage et l’eau chaude sanitaire de 9500 foyers, soit un peu plus de 28 000 Aixois.

La chaufferie d'Encagnane

Installée depuis 1967 à Encagnane et créée à la base pour les habitants de la ZUP, la chaufferie de quartier, qui fonctionnait à l’époque au fioul lourd a progressivement laissé place à une chaufferie biomasse qui fournit aujourd’hui, grâce à deux chaudières bois de 8 MWh et 111 GWh consommés, le chauffage et l’eau chaude sanitaire à plus de 28 000 Aixois.

Un réseau de chauffage urbain qui est passé de 6,5 km en 2011, à 14,5 km en 2018 pour atteindre aujourd’hui 24 km, ce qui en fait l’un des plus importants du sud de la France, avec le tarif le moins cher.
Avant la crise et le conflit en Ukraine, le prix moyen du MWh revenait à 67 € TTC, consommations et abonnement compris. En 2022, il est de 85€ TTC et devrait atteindre les 100€ TTC. À titre de comparaison, au 1er février 2022, le prix moyen de l’électricité en France sur les marchés de gros était de 216,88 € TTC le MWh.

L’environnement n’est pas perdant non plus, le bois utilisé évite l’émission de 13 700 tonnes de CO2 et participe à sa manière au développement de la filière bois locale. En effet, les 26 983 tonnes de bois nécessaires à son fonctionnement annuel viennent de fournisseurs basés dans un rayon de 80 km.
Provenant principalement de coupes de bois d’éclaircie de pin d’Alep, elles contribuent à la bonne santé des forêts, en favorisant le développement des plus beaux arbres. Cette année, une coupe sur 8 hectares en forêt communale a par exemple permis d’alimenter - en circuit très court - la chaufferie aixoise.

Du nouveau à l’ouest de la ville ?

Et l’avenir ? Si la chaufferie a atteint sa capacité maximale de production, un plan pour les 20 prochaines années vient d’être validé.
Voulu par l’équipe municipale, élaboré entre les services de la métropole et ceux de la Ville, il porte notamment sur l’extension du réseau de chaleur urbain à l’ensemble de la ville, et la possibilité d’implanter une nouvelle unité de production, à l’ouest d’Aix-en-Provence. Cette dernière comprendrait une chaufferie biomasse et une centrale solaire thermique.

Jusqu’alors compétence métropolitaine, le retour aux communes de la compétence réseau de chaleur est prévu au 1er janvier 2023.