Le poumon vert communal sous surveillance

Publié dans Mon cadre de vie - Explorer cette rubrique

Véritable poumon vert de la commune, la forêt communale fait l’objet chaque année de travaux d’amélioration, dans le but de la valoriser pour l’accueil du public, d’ouvrir le milieu pour y favoriser l’implantation du gibier et de réduire le risque d’incendie.

Le Grand Arbois, 8550 hectares de forêt, à deux pas de la gare TGV. D’un côté la Sainte-Victoire et la cheminée de Gardanne qui se dressent au-dessus de la cime des arbres, de l’autre l’étang de Berre. « C’est la spécificité de notre territoire : très urbanisé, industrialisé, mais avec aussi beaucoup d’espaces naturels » confirme Pierre-Christophe Herzog responsable du secteur Côte Bleue et Sainte-Victoire à l’office national des forêts (ONF). L’organisme national coordonne ici les travaux et propose des plans d’aménagement. Il collabore notamment avec la Ville d’Aix sur le domaine forestier communal, qui représente près de 800 hectares.

Entretien, éclaircies, élagage ou coupe, les travaux se déroulent toute l’année, sous l’œil de l’aigle de Bonelli, qui a élu domicile dans les parages. Ils permettent de conserver la cohérence paysagère des lieux, notamment par des opérations de dépressage. L’action consiste à réduire le nombre d’arbres, essentiellement des pins d’Alep, au profit des sujets bien adaptés. L’objectif est d’apporter plus de lumière aux arbres conservés et faciliter leur approvisionnement en eau et en éléments minéraux.

Ces opérations sont régulièrement complétées par des campagnes de plantations après incendie où seules des espèces issues de variétés sauvages et autochtones sont sélectionnées, afin de favoriser leur implantation.
La forêt communale aixoise est divisée en trois parties assez distantes les unes des autres. Une partie nord, située près du cimetière paysager du Grand Saint-Jean, une partie centrale, près de la Mérindole et du Petit Arbois et une partie majeure au sud, sur le Grand Arbois. Elle est majoritairement composée de garrigues, de résineux tels que des pins d’Alep, et de feuillus comme les chênes verts.


Circuits courts

L’ONF gère ¼ du patrimoine forestier national et s’occupe de mettre sur le marché du bois 40 % des ressources issues des forêts publiques. La crise sanitaire et la forte demande en provenance des États Unis et de la Chine ont mis à mal l’approvisionnement des scieries françaises, contraignant le gouvernement à prendre des mesures. Des contrats d’approvisionnement ont été signés avec les acteurs de la filière, pour leur assurer une ressource constante et éviter la fuite du bois vers les pays étrangers.
À l’échelle de la forêt communale aixoise, des coupes vont avoir lieu cette année sur une surface de huit hectares. Leur exploitation va donc favoriser les circuits courts, comme c’est déjà le cas, pour l’approvisionnement de la chaufferie bois d’Aix .


Une forêt certifiée durable

Depuis 2014, le patrimoine forestier de la Ville est certifié PEFC (Programme de certification forestière), un label de gestion et de développement durable des forêts. Cette certification témoigne à la fois d’un bon maintien de la biodiversité de la forêt aixoise et de l’état de ses sols, ainsi que du bon état sanitaire et de son renouvellement. Autre critère essentiel, la forêt aixoise - à la fois ressource en bois durable, puits de carbone et lieu de promenade - bénéficie à tous.