Calendrier des travaux - Réhabilitation de la bilbiothèque Méjanes-Allumettes

Publié dans La ville se dessine - Explorer cette rubrique

Les travaux vont débuter en 2023 et devraient se terminer en décembre 2025.

Durant ces trois années, le chantier est découpé en trois phases permettant de maintenir une partie de la bibliothèque en fonctionnement. Il prévoit en 2023 et 2024 des fermetures de deux à quatre mois afin de réaliser les travaux sur les rues couvertes.

2023 – PHASE 1

Les travaux débutent par le bâtiment Accueil, le bâtiment Cinéma et le bâtiment qui accueillera la Fondation Saint-John Perse. Les collections de l’actuel pôle Actualités sont redéployées dans les autres espaces de la bibliothèque.
En 2024, le visiteur pourra déjà découvrir la nouvelle entrée sur la rue des Allumettes. L’Institut de l’Image et la Fondation Saint-John Perse pourront reprendre leurs activités normalement, dans leurs locaux neufs.

2024 – PHASE 2

En 2024, le grand bâtiment côté rue des Allumettes et le bâtiment central ferment. Ainsi, ce sont l’ensemble des collections Jeune Public, Art et Littérature qui doivent se déployer dans l’autre grand bâtiment et dans le bâtiment Accueil.
C’est le plus grand défi pour les équipes de bibliothécaires : proposer des services adaptés pendant cette période où une grande partie de la bibliothèque ne sera pas accessible. Mais début 2025, la future Méjanes-Allumettes commencera à prendre son nouveau visage avec la majeure partie de ses espaces rénovés et accessibles.

2025 – PHASE 3

Le chantier se termine par le second grand bâtiment et la rénovation de la Cour Carrée. Il faut donc attendre fin 2025 pour découvrir l’espace Jeune Public et Musique-cinéma dans leur forme définitive.


23 845 000 euros, c’est le montant prévisionnel du chantier de réhabilitation de la Méjanes.

Le projet est financé par l’État dans le cadre du Plan de relance, pour 30 à 40 %, mais aussi la Région, le Département, la Métropole et la Ville d’Aix.
Le budget de l’opération s’explique en grande partie par la nature du bâtiment, dont les équipements datent majoritairement de 1989, avec des niveaux de réglementation et de confort très éloignés des standards actuels.

La partie technique (ventilation, électricité, gros-oeuvre, isolation…) représente pas moins de 80 % de l’enveloppe globale. Les 20 % restants sont dédiés aux aménagements intérieurs et à la décoration (ambiance, signalétique, mobilier, équipement numérique, scénique…).