Au paradis des papillons

Publié dans Mon cadre de vie - Explorer cette rubrique

Les bords de l’Arc accueillent désormais un parc urbain à papillons, un concept développé il y a dix ans.

Buvettes à nectar, chambres avec vue, postes de garde à disposition, solariums ou zones de repos, le parc Christine Bernard, au bord de l’Arc a tout de l’hôtel cinq étoiles pour les papillons. Décidé par la Ville, le projet de création d’un parc urbain à papillons (PUP) s’étend sur une parcelle de 3000 m², dont 600 m² spécialement aménagés. On y trouve des massifs dans une prairie, un verger avec des plantes attractives pour les papillons et les insectes pollinisateurs. « Le parc Christine Bernard a la particularité d’être très naturel, peu façonné par l’homme explique Simon Melling, paysagiste à la Ville. C’est un contexte idéal pour que les papillons puissent venir, y vivre, s’y reproduire ».

Au milieu de la végétation spontanée, le PUP doit former un havre de paix pour les papillons, dans le prolongement du parc naturel urbain. Il témoigne aussi que l’enjeu majeur de la conservation de la biodiversité s’est déplacé des milieux naturels, vers les zones plus urbanisées.

En 2012 un laboratoire d’Aix-Marseille Université avait déjà mis en place un PUP à titre expérimental, sur une ancienne parcelle agricole en friche du 14e arrondissement de Marseille, pour permettre l’installation de nouvelles espèces en ville.
Outre l’outil de recherche qu’il constitue, le PUP se veut également un lieu de formation, de médiation et d’échanges autour de la biodiversité urbaine pour le grand public, les gestionnaires, les étudiants ou les scolaires.