Opération parvis St Jean de Malte

Archéologie préventive

Publié dans Mon environnement - Explorer cette rubrique

Période(s) : Moyen Age
Découverte(s) : Un parvis aménagé en terrasse.

Le projet de réaménagement de la place Saint-Jean de Malte a entrainé la prescription d’un diagnostic archéologique à l’angle de l’église Saint-Jean de Malte et du Musée Granet.
Le plus ancien vestige est un mur de terrasse orienté nord-ouest/sud-est mis au jour à 4,40m de la façade de l’église à laquelle il semble lié.

Ce mur vient rappeler la topographie ancienne de ce site. Longtemps marqué par une très forte déclivité que les aménagements de voirie récent ont tenté de gommer.

Grâce au plan dressé par Pourtal et au dessin de Rudolf Ziegler, nous savons qu’au XVIIe s., le parvis de l’église se trouvait à un niveau plus élevé qu’aujourd’hui et qu’un mur soutenait, au sud, les terrains qui le constituaient. S’il est impossible d’identifier le mur mis au jour en 2008 à cette construction moderne que ces deux documents à peu près contemporains placent respectivement à une distance de 17 et de 15 m de la façade de l’église, on ne peut exclure l’idée qu’il appartienne à un état antérieur de l’édifice cultuel.

Il pourrait ainsi avoir également servi à retenir un parvis ou une terrasse étroite aménagée en avant de ce dernier. Resterait à savoir à quel édifice le rattacher précisément : l’église des hospitaliers édifiée entre 1272 et 1278, ou la chapelle Saint-Jean-Baptiste qui l’a précédée.
L’autre vestige significatif est la large fosse moderne qui a perforé des remblais du début du XVIIe siècle.
Elle est peut-être à mettre en rapport avec la restauration du prieuré opérée dans les premières décennies du siècle, ou avec les importants travaux réalisés par le prieur Viany dans les années 1670.