Opération Bosque d’Antonelle

Archéologie préventive

Publié dans Mon environnement - Explorer cette rubrique

Période(s) : Antiquité, époques moderne et contemporaine
Découverte(s) : Un vignoble antique

Le projet de construction de deux villas et d’un établissement médical sur trois parcelles mitoyennes au lieu-dit La Bosque d’Antonelle, situé au nord de la commune, a motivé la réalisation de deux diagnostics, qui ont concerné 2ha de superficie.
Les tranchées ouvertes ont fait apparaître, dans le substrat calcaire ou marneux, à une cinquantaine de centimètres de la surface actuelle, des traces agraires antiques, qui offrent une très grande homogénéité. Se présentant sous la forme d’incisions parallèles et équidistantes, elles dessinent un réseau de quarante-quatre tranchées s’étendant sur une centaine de mètres.
Continues et orientées est-ouest, à peu près perpendiculairement à la pente, ces tranchées mesurent 0,50 m de large en moyenne et sont conservées sur 0,10 m de profondeur. Leur entraxe est de 1,30-1,90 m en général et elles sont caractéristiques d’un mode de plantation par défoncement du terrain par tranchée (sulci). Elles sont régulièrement associées à des fosses ovales d’extension réduite, qui leur sont perpendiculaires. Ont également été détectés des fossés, plus larges, qui s’insèrent dans la même trame qu’elles.
La présence de logettes perpendiculaires aux tranchées se rapporte à la technique du provignage, largement attestée dans l’Antiqué romaine. Variante du marcottage, cette technique permet, à partir d’une plante mère, de faire s’enraciner ses rameaux dans la terre sans en être détachés.

Peu nombreux, les éléments de datation qui ont été collectés dans les comblements, datent l’ensemble des Ier-IIe siècles.
A succédé à ces cultures, un réseau de fossés caractérisés par des creusements peu profonds dont le tracé a recoupé l’axe des tranchées antiques.
Cette découverte peut être rapprochée de celle qui a été faite, en 2005, à 1.7 km environ au nord-ouest d’Aix-en-Provence, sur la ZAC Ravanas (fouille INRAP) où avaient pareillement été mis au jour plusieurs champs de vigne témoignant de la même pratique agricole. Ce nouveau témoignage de viticulture permettra peut-être de saisir quelques limites et orientations propres à documenter la cadastration romaine.
Ces fossés ont été disposés de manière à diviser l’espace en modules au sein desquels s’inscrivent les cultures. L’insertion de ce réseau dans le parcellaire actuel invite à le dater de l’époque moderne ou contemporaine.


DIRECTION ARCHEOLOGIE
MILLES (Route des) - 13100 AIX EN PROVENCE
Tel : 04 42 91 89 55 - Fax : 04 42 91 92 84
E-mail : direction-archeologie@mairie-aixenprovence.fr