Le théatre Nô, une scène unique en Europe

Publié dans Ma Mairie - Explorer cette rubrique

Parmi les monuments les plus particuliers d’Aix-en-Provence figure le théâtre Nô. Il a été offert en 1992 à la Ville d’Aix-en-Provence par la famille Kano, dynastie réputée de l’art ancestral du Nô. Tanshū Kano est Maître de Nô de l’école Kita et citoyen de la ville de Kumamoto.

Ce théâtre constitue une exception mondiale car il est la seule scène de théâtre Nô en bois de cyprès du Japon (hinoki), originale, construite et utilisée au pays du Soleil-Levant, qui soit en dehors de l’archipel. Ce don de grande marque a été le point de départ de multiples échanges avec Aix-en-Provence. En effet, le théâtre Nô est un élément important dans les relations de la Ville avec celle de Kumamoto.

Régulièrement, le lieu a servi d’écrin pour diverses manifestations autour du Nô. Et son installation dans le parc Saint Mitre va inscrire la scène (le butaï) et son enveloppe en tant qu’élément culturel dans un vaste ensemble naturel, permettant la recherche de synergies avec son environnement naturel, patrimonial et urbain.

Cela permettra d’élargir la fonction initiale de cet élément patrimonial à d’autres usages : culturels, éducatifs, touristiques et même environnementaux.

Une forme de théâtre ancestrale

Le théâtre Nô puise sa source dans les formes les plus anciennes du théâtre japonais, durant l’Antiquité. Après plusieurs évolutions, cette forme théâtrale est codifiée au XVème siècle. Les danses profanes exécutées lors des fêtes religieuses célébrées dans les campagnes imposent désormais des règles strictes pour les kimonos, les masques, la musique, la scène.
Le théâtre Nô, joué uniquement par des hommes, devient alors un art raffiné destinée à l’élite militaire et politique du Japon.
Vêtus de somptueux costumes et de masques (il en existe 138 différents, sculptés en bois de cyprès, puis peints et laqués), les acteurs jouent des drames lyriques au style dépouillé, alliant des chroniques en vers à des pantomimes dansées. Ils sont accompagnés par quatre musiciens et un chœur, sur une scène aux caractéristiques tout autant codifiées. Elle mesure environ 6 mètres de côté, surplombée d’un toit traditionnel shintô soutenu par 5 piliers en bois. Une représentation simple et traditionnelle d’un pin japonais orne généralement le fond.