Sophie Joissains présente aux riverains le plan de sécurisation de la rue de la Molle

Archive

Publié dans Actualités - Explorer cette rubrique

Sophie Joissains, maire d’Aix-en-Provence, a tenu aujourd’hui mercredi 8 décembre, une réunion de travail portant sur les travaux de sécurisation de la rue de la Molle en étroite collaboration avec les services techniques de la Ville, Jean-Yves Gelin, président du Comité d’Intérêt de Quartier (CIQ) Pasteur Tamaris et Michèle Barral, présidente des CIQ aixois.

Le 22 septembre, une jeune femme de 27 ans était mortellement fauchée par un automobiliste rue de la Molle.

Dès son élection, Sophie Joissains avait souhaité se rendre sur les lieux avec les services techniques pour rencontrer les riverains et le CIQ afin d’établir un état des lieux et travailler avec les techniciens sur des moyens de sécurisation de l’avenue.

Rappelons le caractère criminel de cet accident puisque l’automobiliste roulait à plus de 100 km/h sans permis de conduire. Ce dernier avait pris la fuite mais a pu être interpellé par le biais du visionnage de caméras de vidéosurveillance du trafic routier. L’émotion a été très vive. Elle l’est toujours.

Deux mois après la visite sur le terrain et des réunions avec les services, le maire leur a présenté l’ensemble des dispositifs qui devraient permettre d’empêcher les excès de vitesse sur cette voie.

- Deux plateaux surélevés vont être réalisés avant les deux carrefours.

- Un nouveau plateau, avec feux tricolores, sera installé en face de l’entrée du pavillon Vendôme.

- Parallèlement, afin de casser la ligne droite qui représente une voie large pouvant inciter à la vitesse, la Ville va séparer par un muret les voies bus et vélos et ainsi créer une "barrière" pour l’automobiliste. Cela réduira visuellement la largeur de la voie.

- Enfin, il s’agira également de casser l’onde verte (certains automobilistes accélèrent pour ne pas avoir de feu au rouge) sur les voies en désynchronisant les feux en dehors des heures de pointe. Cela permettra de limiter la vitesse à 40 km/h et empêchera les automobilistes d’accélérer afin d’essayer « d’attraper » les feux verts suivants.

Les travaux, d’un montant de 300 000 euros, devraient être réalisés fin janvier, début février et devraient durer deux semaines.

Parallèlement, Sophie Joissains a saisi la préfète de Police pour qu’un radar soit installé à l’ange de la rue d’Indochine/Tavan.

Ce radar verbalisera les excès de vitesse, mais aussi les autres délits (ceinture de sécurité, téléphone au volant…).

Dans ce courrier le maire sollicitait aussi l’implantation d’un radar route de Galice.

À l’issue de la réunion, Sophie Joissains disait à ses interlocuteurs sa satisfaction d’avoir travaillé avec eux et d’avoir abouti à des mesures de sécurisation qui leur conviennent.