Restauration royale pour la place d’Albertas

Publié dans Actualités - Explorer cette rubrique

Imaginée sur le modèle des places parisiennes, celle d’Albertas va connaître neuf mois de travaux.

Mythique, l’endroit est aussi très familier des Aixois, qui profitent ici de nombreux concerts improvisés et des manifestations comme « Musique dans la Rue ». La rénovation de la place d’Albertas, classée monument historique en 2000, pour ses façades, ses toitures, son sol et sa fontaine va pouvoir commencer en octobre. Avec devant elle neuf mois de travaux, pour réparer les désordres liés à un manque d’unité, notamment entre la place et la chaussée, une juxtaposition de matériaux différents, à la combinaison des flux piétons et automobiles, ou encore à l’important décaissement de la chaussée.

Parmi les raisons figure la circulation des voitures rue Espariat, mais aussi une mauvaise évacuation des eaux de pluie. Des relevés réalisés au niveau de la fontaine ont par ailleurs mis en évidence la faiblesse de la structure lui servant de support. Sa vasque en fonte présente de son côté une oxydation. Les travaux de restauration vont s’attacher à réparer ces défauts, en y ajoutant les conditions d’accessibilité, avec comme fil conducteur la volonté de rétablir une perspective d’ensemble, comprenant à la fois la place et l’hôtel, quel que soit le point où l’on se situe.

C’est donc une rénovation d’envergure que s’offre l’une des plus belles places de la ville, aux allures de décor de théâtre, renforcée par le style baroque de l’ensemble. Sa restauration vient conforter le pouvoir d’attractivité de la ville. Elle a été aménagée, à compter de 1745, dans le style des places royales parisiennes. Le rêve d’un homme, le marquis Henri Reinaud d’Albertas, poursuivi à sa mort par son fils. Un cas unique d’aménagement public réalisé par un particulier.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, une fontaine en pierre fut installée, au centre de la place. Très dégradée, la vasque d’origine fut descellée et transportée à l’école nationale supérieure des arts et métiers (ENSAM). Les élèves en coulèrent une autre, ajoutant même une frise métallique dentelée à la margelle. La Ville souhaite consolider l’assise de la fontaine et restaurer les éléments altérés. Elle va en profiter pour intégrer un nouveau système hydraulique en circuit fermé, permettant le recyclage des eaux de la fontaine.