Lumière sur les trésors de la Madeleine

Publié dans Actualités - Explorer cette rubrique

La réhabilitation majeure de l’ancienne église du couvent, aujourd’hui église de la Madeleine, lie de façon étroite restauration du bâti et des œuvres d’art contenues dans l’édifice.

Le couvent des Dominicains ou Frères Prêcheurs, était l’un des plus considérables parmi les nombreux couvents qu’Aix renfermait autrefois.

Commencées en 2010, les opérations de restauration portent sur des peintures, des sculptures, du mobilier, des vêtements liturgiques, de l’orfèvrerie, des reliquaires en bois doré, qui nécessitent de faire appel à des compétences de restauration très variées. À ce jour, deux campagnes se sont déjà déroulées, une première en 2012 puis une seconde en 2016-2017, portant essentiellement sur des peintures.

Cette année marque la restauration de 27 sculptures en pierre, plâtre et marbre, puis entre 2023 et 2025, celle de 22 peintures, toutes classées monuments historiques.

En parallèle, sera engagé le traitement des autels en pierre et des peintures murales, dont certaines remontent au XVIIe siècle et qui sont de rares témoignages d’un type de décor avec perspective très fréquent dans les églises d’Aix, sous l’Ancien Régime. Le dépouillement intérieur de l’église est aussi l’occasion d’études inédites, liant l’approche documentaire et scientifique.
Les peintures vont être envoyées au Centre interrégional de conservation et de restauration à Marseille, où elles vont faire l’objet d’investigations scientifiques. Les décors peints, par essence très fragiles, vont demander une attention toute particulière en vue de leur conservation. C’est également l’occasion de faire appel aux technologies numériques pour mieux comprendre certaines sculptures. Une meilleure connaissance technique et historique de l’église dans son ensemble est ainsi petit à petit constituée.
La Ville prépare par ailleurs les travaux de restauration de l’imposant orgue Isnard. Ils pourraient débuter en 2023 et la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) a déjà pris ’engagement d’un important soutien financier et technique. Pour l’heure, des études permettant d’améliorer les connaissances de l’orgue et de son état sanitaire ont été engagées, grâce aux archives et l’appui d’une historienne. Un relevé 3D de l’instrument, du buffet et des sculptures sera par ailleurs réalisé.