La ville veut passer ses fontaines en circuit fermé

Archive

La mesure vise notamment à préserver la ressource en eau.

L’eau est devenue un défi sur le plan mondial, et local évidemment, comme l’ont rappelé les récents épisodes de canicule. Dans ce contexte la décision pour la Ville de basculer ses fontaines d’ornement de circuit ouvert à circuit fermé n’a rien d’anodin.

À l’heure actuelle, sur les 56 fontaines que compte Aix-en-Provence sur son domaine public, 42 sont en circuit ouvert. Il s’agit notamment des fontaines à bec, dont l’eau est potable. Le principe de fonctionnement est simple, l’eau est rejetée dans le réseau pluvial pour terminer sa trajectoire dans l’Arc, participant aussi, en partie, à la régulation écologique du cours d’eau. Les 14 autres sont en circuit fermé, avec une alimentation en eau qui tourne en continu et qui se recycle, grâce à une pompe.

L’ensemble de ces fontaines sont alimentées par le réseau d’eau potable de la Ville, à l’exception de la fontaine « moussue » du cours Mirabeau, alimentée par de l’eau de source thermale, non potable et de la petite fontaine de Roquefavour alimentée par l’eau du Canal de Provence. La Ville a défini dans un premier temps un programme pluriannuel de travaux pour basculer 16 fontaines, aujourd’hui en circuit ouvert, en circuit fermé. Ces travaux devraient débuter en 2023, à raison de 4 fontaines par an, sur 4 ans. Le choix s’est porté sur les fontaines les plus gourmandes en eau, et celles dont les travaux sont techniquement réalisables.

À terme, l’économie en eau portera sur un volume de 180 000 m3, sur les 340 000 m3 d’eau consommés en moyenne par an, soit une économie de plus de 50% par an.
L’eau recyclée n’étant plus potable, ce manque sera compensé par le renforcement en centre-ville du nombre de « bornes-fontaines » - à la demande -, alimentées en eau potable. La mairie n’a cependant pas attendu ces changements de pratiques pour travailler sur une gestion plus raisonnée de l’eau. Des programmateurs ont déjà été installés sur 37 des fontaines en circuit ouvert, réduisant ainsi les horaires de fonctionnement et de fait, les consommations d’eau.
D’un fonctionnement en continu de 6h à 23h, elles fonctionnent aujourd’hui, en période estivale de 7h à 22h et en période hivernale de 8h à 18h.

À la clé, une économie d’eau annuelle de 87 000 m³ tout de même.

Journées Nationales de l'Architecture 7e édition

Culture & Patrimoine

Journées Nationales de l’Architecture 7e édition

Du 14 au 16 octobre 2022