La Ville lutte activement contre la prolifération des Goélands

Publié dans Actualités - Explorer cette rubrique

Le goéland leucophée est l’espèce de goéland présente à Aix en Provence. Très opportunistes, ces animaux se sont parfaitement adaptés à la ville qui leur fournit le gîte et le couvert. En effet, la proximité de la décharge de l’Arbois et du bassin du Réaltor favorisent son développement dans la zone d’Activités des Milles. Les nombreux toits plats gravillonnés et l’abondance de nourriture en centre ville et dans certains quartiers (restes de nourritures, ordures ménagères, nourrissage des pigeons et des chats...) sont également favorables à leur nidification. Chaque année, les goélands sont plus nombreux et étendent leur territoire.

Au printemps, lors de la période de reproduction et d’élevage des oisillons, le goéland devient particulièrement bruyant et peut se montrer agressif pour protéger son nid puis ses petits. C’est donc à cette époque que la cohabitation avec l’homme est la plus difficile.

C’est pourquoi, vues les nuisances causées et la dégradation de certains bâtiments, la mairie d’Aix en Provence a décidé d’agir et a obtenu un arrêté préfectoral dérogatoire pour lutter contre la prolifération de cette espèce normalement protégée.

Cette année, la Direction de la Santé Publique et Handicap de la Ville d’Aix en Provence a sollicité l’ensemble des bailleurs sociaux et les syndics de copropriétés de la ZUP d’Encagnane pour identifier les immeubles colonisés par le goéland. Fin mars, le drone du Service SIG de la Ville a également été mobilisé pour survoler plusieurs dizaines d’immeubles dans la zone et vérifier la présence de nids.

Courant avril, la Ville a mandaté une société professionnelle agréée pour intervenir sur une cinquantaine d’immeubles et procéder à la stérilisation des œufs de goélands et au démantèlement des nids vides pour éviter que les goélands ne pondent. Cette opération consiste à pulvériser une huile végétale sur la coquille de l’œuf afin de la rendre imperméable à l’air et empêcher le développement de l’embryon.

Parallèlement, deux grands groupes ont sollicité la ville pour signer une convention afin de les autoriser à mettre en place des mesures d’effarouchement sur leurs bâtiments dans la zone d’activités des Milles. La Ville travaille également avec la Métropole afin que la décharge de l’Arbois mette en place des dispositifs de perturbation sonore.


Aidez nous à limiter la prolifération des goélands
Chacun à son niveau peut aider à réguler la présence du goéland en ville :
  • Ne pas nourrir les oiseaux et les animaux errants directement : le nourrissage est interdit, il habitue le goéland à l’homme et le rend moins farouche. De plus, cela attire également les rats qui viennent manger les restes.
  • Protéger également les gamelles de vos animaux domestiques, elles peuvent attirer les goélands.
  • Éviter de nourrir les oiseaux indirectement : déposer les ordures ménagères dans les containers et veiller à les laisser fermés, sortir vos sacs bien fermés aux heures de collecte
  • Surveiller vos toitures et terrasses dès le mois de janvier, les maintenir propres et assurer une présence pour faire comprendre aux goélands que la place est occupée.
  • En cas de nidification, l’année suivante, protéger vos toits et terrasses par la pose de filets de protection, de pics, de fils tendus et de fils de fer au pied des cheminées, les goélands reviennent au même endroit chaque année pour faire leur nid.
  • Ne pas détruire les nids en période de nidification : c’est interdit et ils seraient alors rebâtis par le couple nicheur
  • Ne pas ôter les œufs du nid afin d’éviter une ponte automatique de remplacement.