La Ville inquiète du manque d’approvisionnement de vaccins

Archive

Publié dans Au fil de la vie - Explorer cette rubrique

Une cellule de crise se tient chaque semaine à l’Hôtel de Ville afin d’établir un état des lieux de la situation sanitaire aixoise mais aussi pour coordonner la continuité des moyens et services proposés aux Aixois.

CELLULE DE CRISE DU MERCREDI 27 JANVIER 2021

La cellule de crise s’est tenue salle des États de Provence de l’Hôtel de Ville sous la présidence de Sophie Joissains, en présence des élus Marie-Pierre Sicard Desnuelle, Laurent Dillinger et Sylvain Dijon, du directeur du Centre Hospitalier d’Aix, Nicolas Estienne, de représentants de la police nationale et du CCAS ainsi que de hauts fonctionnaires de la mairie.

L’opposition municipale a été représentée par Marc Pena et Philippe Klein en seconde partie de réunion.

POINT SUR LA SITUATION SANITAIRE

  • 104 patients sont hospitalisés (hors services de réanimation) : 85 au Centre Hospitalier d’Aix, 9 à l’Hôpital privé d’Aix, 10 au sein de la clinique Axium.
  • 33 patients sont hospitalisés au sein des services de réanimation : 13 au Centre Hospitalier d’Aix, 13 à l’Hôpital Privé de Provence et 7 au sein de la clinique Axium.

    Organisation de la campagne de vaccination à Aix

Lundi 25 janvier au soir, 3400 personnes étaient vaccinées à Aix - centre de vaccination du Gymnase du Val de l’Arc, hôpitaux et Ehpad confondus.

La Ville a organisé son centre de vaccination au gymnase du Val de l’Arc et son système d’inscription conformément aux directives du ministre de la santé et de l’Agence régionale de Santé (ARS) à savoir, en fonction du nombre de rendez vous
les doses seraient livrées.

Mode de fonctionnement confirmé vendredi dernier par la représentante de l’ARS lors de la visio-conférence entre le Préfet de région et les élus locaux.

Malheureusement, l’approvisionnement au compte goutte des vaccins oblige la Ville à suspendre les nouvelles inscriptions, et s’apprête à devoir reprogrammer les rendez-vous de personnes devant recevoir la première dose au bénéfice des personnes qui doivent recevoir la seconde injection, sans quoi la personne n’est pas vaccinée.