Histoire d’eau à la Madeleine

Archive

Publié dans Actualités - Explorer cette rubrique

Des investigations menées en 2020 ont permis de détecter des traces d’infiltrations
d’eau à l’intérieur de l’église. Des travaux y seront consacrés cette année

Alors que la façade de la Madeleine vient de retrouver tout son éclat, 2021 va donner lieu à un chantier beaucoup plus discret, à l’intérieur de l’église. Des traces d’infiltration
d’eau ont été découvertes au niveau du choeur de l’église, de la sacristie et de la galerie Sud du couvent des Prêcheurs.

Une campagne de travaux d’assainissement doit être menée, préalable nécessaire avant la mise en valeur des intérieurs de l’église. Elle concerne précisément la restauration des couvertures et des charpentes du choeur et des volumes adjacents et le ravalement des façades concernées, la reprise des gouttières et descentes d’eaux pluviales de la façade Nord de l’église et de la galerie Sud du couvent des Prêcheurs et la création de drains.

Des fresques protégées

Parallèlement, la protection et la surveillance des fresques murales du choeur doivent être assurées pendant toute la durée des travaux de restauration des intérieurs de l’église.

Un échafaudage étanche identique à celui qui protège actuellement l’orgue Isnard, datant de 1743 et classé monument historique en 1984, sera érigé à cet effet. Les
fresques seront par la suite restaurées.

Ce décor précieux, datant du début du XVIIIe siècle, est l’oeuvre du peintre Jean Claude Cundier qui le réalisa à la suite de la reconstruction de l’église, entre 1691
et 1703. Ce trompe-l’oeil religieux prolonge la perspective de l’église - déjà longue de 62 m - par une architecture représentant une quadrature.

L’église de la Madeleine a été achevée avant 1410. De nombreuses campagnes de travaux ont été menées au cours de l’histoire, lui donnant son aspect actuel. Jusqu’à
la façade néoclassique actuelle, une réalisation de l’architecte Revoil en 1855.
Fermée au public depuis 2006 pour des raisons de sécurité, l’église fait depuis l’objet d’un chantier de rénovation titanesque.