Cellule de crise - Point de situation à Aix

Archive

Publié dans Actualités - Explorer cette rubrique

Au regard de la situation sanitaire sur le territoire, Sophie Joissains, maire d’Aix-en-Provence, met en place des cellules de crise afin d’établir un état des lieux de la situation sanitaire locale mais aussi pour coordonner la continuité des moyens et services proposés aux Aixois.


CELLULE DE CRISE DU 1ER FÉVRIER 2022

La cellule de crise s’est tenue sous la présidence de Marie-Pierre Sicard Desnuelle, élue déléguée à la Santé/Relation avec les hôpitaux publics et privés en présence des élus, Laurent Dillinger, Michael Zazoun, Sylvaine Di Caro, de Hélène Thalmann, secrétaire générale du Centre hospitalier du Pays d’Aix, ainsi que de hauts fonctionnaires de la mairie. L’opposition municipale était représentée par Marc Pena et Philippe Klein.


POINT SUR LA SITUATION SANITAIRE

Le taux d’incidence dans les Bouches-du-Rhône est de plus de 4000 cas pour 100 000 habitants.

La direction du centre hospitalier d’Aix constate une hausse de malades dans les services de médecine dans les structures hospitalières de la ville mais une baisse au sein des services de réanimation. Cela confirme que Omicron est un variant très contagieux mais entraînant des formes moins graves.

86 patients sont hospitalisés au Centre Hospitalier d’Aix (hors réanimations) - 11 personnes au sein des services de réanimation et 2 personnes nécessitant une surveillance continue.
16 patients sont hospitalisés à l’Hôpital Privé de Provence (hors réanimations) - 7 personnes au sein des services de réanimation.
(Nous ne disposons pas du taux d’hospitalisation au sein de la clinique Axium au moment de la tenue de la cellule de crise)

La direction de l’hôpital émet des inquiétudes face au taux d’absence du personnel. Entre les personnels soignants et les vacances, 350 salariés, soit 15% de la masse salariale, est à l’arrêt. La représentante du directeur de l’hôpital confirme que la situation est extrêmement tendue à l’hôpital. Toujours en plan blanc, (déprogrammation des opérations qui ne sont pas de première urgence), l’établissement n’a plus de lit disponible et se voit contraint de transférer dans les structures voisines certains patients. Les temps de prise en charge aux urgences sont de plus en plus longs, ce qui entraîne une grande tension, sur les malades et sur le personnel soignant.

Avec le variant Omicron plus contagieux, dans les EHPAD et les centres de rééducation, beaucoup de tension au niveau des soignants.

Sylvaine Di Caro, élue déléguées aux personnes âgées, souligne que les présidents de clubs du 3ème âge sont très désemparés pour lutter contre l’isolement des personnes âgées.

En ville, 35% des tests sont positifs contre 38% la semaine dernière.

Jean-Luc Duponchel, directeur de la Santé publique et du Handicap de la Ville, relève que l’activité du centre de vaccination a considérablement diminuée puisque le nombre de vaccinations en 5 jours équivaut au nombre de vaccinations effectuées au plus fort de la crise en un jour et demi.

A noter que 10 à 15% des vaccins sont des premières doses.

Pour rappel, le centre de vaccination du Val de l’Arc permet d’être vacciné au Pfizer pour tous les âges, à partir de 5 ans.

Jean-Luc Duponchel explique également que les Restos du cœur se sont aperçus que beaucoup de personnes n’avaient pas fait leur deuxième dose. Une organisation est en cours pour leur permettre de se faire vacciner, même sans rendez-vous. Quant au Secours Populaire, beaucoup des personnes qu’ils prennent en charge n’ont pas fait leur première dose. Le secours Populaire souhaite que des médiateurs viennent faire de l’information. Jean-Luc Duponchel les a donc mis en relation avec l’Agence Régionale de Santé.

Organisation de la vie scolaire

Concernant le fonctionnement des écoles, il est constaté un plateau haut quant au taux d’absence du personnel (municipal et enseignant). La Ville arrive à maintenir les écoles ouvertes, 13 classes étaient fermées hier, contre 20 la semaine dernière.

Sur le temps périscolaire, une tension est également constatée. Le personnel est fatigué, les vacances vont permettre de reprendre du souffle sur le fonctionnement qui demande une grande adaptabilité. Les masques FFP2 et les autotests sont en cours de livraison dans les services pour le personnel en contact avec le public.

Organisation de la vie commerciale

Michaël Zazoun, élu à l’espace public, explique que la vitalité du centre ville est très amoindrie avec une forte baisse de fréquentation : le télétravail, l’inquiétude de certaines personnes à fréquenter des lieux publics... Le commerce est en berne et les soldes n’ont pas eu une grande affluence.