50 nuances de coupes

Publié dans Actualités - Explorer cette rubrique

Le parc Saint-Mitre illustre parfaitement la nouvelle gestion différenciée des espaces verts

Fini la grosse cavalerie des tondeuses, les jardiniers travaillent désormais par petites touches et dessinent les espaces verts comme des artistes. C’est le mode de conception et d’entretien des parcs qui se veut le plus exemplaire possible d’un point de vue environnemental et social : la gestion différenciée. Respect de l’environnement, préservation des ressources et prise en compte du travail des acteurs de terrain en sont les éléments essentiels.

Cette approche novatrice adapte l’entretien des espaces verts à leur usage, à leur fréquentation et à leur identité paysagère. L’idée est de concilier différentes catégories d’entretien et de les rendre harmonieuses. « Nous avons fait le choix de retenir trois classes : "horticole" avec un entretien assez rigoureux, "naturelle" donc sans intervention humaine et "nature aménagée" qui accompagne en douceur les espaces travaillés » détaille Didier Pauner en charge de la gestion environnementale des espaces verts.

Prenons un exemple : les tontes dans le parc Saint-Mitre. Les jardiniers en varient les fréquences en fonction des espaces pour offrir des ambiances variées. « Les promeneurs déambulent différemment en empruntant de nouveaux cheminements. Ils observent les fleurs et les insectes qui s’épanouissent dans certaines zones. Le visage du parc n’est plus uniforme, il a plus de caractère. » Car la gestion différenciée permet aux végétaux de fleurir et favorise la dissémination des espèces. Des conditions également favorables au développement de la faune. « Par ailleurs, cette approche a non seulement l’avantage d’être plus économes en consommation de ressources naturelles comme l’eau mais aussi de valoriser le travail de nos jardiniers » souligne Didier Pauner.