Une acquisition d’exception pour la Méjanes

Publié dans Actualités - Explorer cette rubrique

La bibliothèque Méjanes enrichit son fonds Zola.

C’est à Paris, lors d’une vente aux enchères de photographies organisée par les héritiers de l’écrivain, que la Ville d’Aix a fait l’acquisition de deux lots d’une valeur rare.

Le premier désigne un double portrait au daguerréotype d’Emile Zola et de son père. Témoin de la complicité et de l’attachement des deux hommes, il les représente pour la dernière fois réunis avant le décès du père d’Émile. Emporté par une pneumonie, alors que son fils va avoir 7 ans, il laissera derrière lui les premiers travaux de la construction du premier des trois barrages-voûte que la Ville d’Aix-en-Provence lui avait confiée initialement.

140 photographies de Zola

Quelques semaines après leur achat, les lots arrivent enfin à la Méjanes. A la lumière de son bureau, Frédéric Prémartin commence à étudier les œuvres et découvre sous l’encadrement adhésif le nom et l’adresse de Richebourg. « Heureuse surprise ! Cet élève de Daguerre a participé aux expositions universelles de 1855 et 1867, avant de devenir le « photographe de la Couronne » . Cette découverte renforce la valeur de cette acquisition. » explique Frédéric.

Le deuxième lot rassemble cent quarante photographies, dont la plupart sont prises par Zola, lors d’un voyage avec son épouse Alexandrine, en Italie en 1894 et en Provence en 1896. Ce séjour permet notamment à Zola de documenter son livre « Rome » dont la bibliothèque conserve les travaux préparatoires et le manuscrit avec ceux des deux autres titres de la trilogie, « Lourdes » et « Paris ».

Les autres photographies immortalisent, entre autres, un déjeuner entre amis dans une propriété de Célony, le barrage du père de Zola ou le hameau des Bonfillons. Des moments de vie précieusement conservés aujourd’hui dans le fonds patrimonial de la Méjanes.