Un jardin éphémère sur les Trois places

Publié dans Actualités - Explorer cette rubrique

Le projet de rénovation des Trois places (Madeleine-Verdun-Prêcheurs), qui a débuté il y a plus de 18 mois, prendra fin au printemps prochain. Afin de redonner progressivement vie à cet espace qui deviendra à terme la plus grande place d’Aix-en-Provence, la Ville a imaginé un projet de jardin éphémère.


Ce jardin évolutif sera installé dès le mois de novembre entre l’ancien collège des prêcheurs et la rue Manuel. Il prendra fin avec le chantier en avril prochain.

Simon Melling et Antoine Debray, fraîchement diplômés de l’École Nationale Supérieure du paysage de Versailles et de l’Institut d’Urbanisme d’Aix-en-Provence, ont imaginé un projet de jardin éphémère pour accompagner le renouveau des places Madeleine-Verdun-Prêcheurs, dont les travaux s’achèveront en avril prochain.

Ce jardin évoluera au rythme des saisons, du calme de l’hiver jusqu’à la renaissance des places et l’éclosion du printemps.

Toutes les plantes, ainsi que les bacs et les pots seront réutilisés dans les parcs et jardins de la ville après le démontage du projet. Au total 22 arbres, 110 arbustes, 1450 vivaces et 2400 bulbes retrouveront donc ensuite une seconde vie.

Les végétaux plantés ont soigneusement été sélectionnés afin que chaque saison soit sublimée et illustrée de la meilleure manière.

Installé au début de l’hiver, ils réveilleront la saison en offrant des fleurs et un attrait particulier souvent oublié. La floraison des cerisiers (Prunus subhirtella ‘Automnalis Rosea’) donnera des teintes roses à la place durant l’hiver. Des arbustes aux bois colorés et des vivaces persistantes d’un camaïeu de vert glauque souligneront le repos ainsi que le gel qui viendra recouvrir le jardin.

L’explosion d’une multitude de bulbes colorera ensuite le jardin et annoncera l’arrivée du printemps. Leur éclosion évoque la renaissance de la place et symbolise cette nouvelle vie. Le thème du renouveau et de la renaissance est également illustré par la création de sculptures en osier évoquant « l’Amour en cage » (physalis). Réalisées par les artistes osiéricultueurs, Karen Gossart et Corentin Laval, elles apportent du rythme et de la hauteur au jardin.

Des pergolas en bois à l’allure de feuilles mortes permettront de s’abriter et de trouver réconfort pendant la saison de l’hiver. Elles ont vocation à être investies pour différentes manifestations le temps du jardin.