Un autre tour de France passe par Aix

Archive

Publié dans Actualités - Explorer cette rubrique

Vêtus d’un T-shirt blanc et orange, de jeunes gens distribuent, aux passants, éventails et miroirs de poche. Une bonne entrée en matière pour aborder leur message : la lutte contre la contrefaçon, pour laquelle ils proposent également des tracts. Jusqu’au 19 août, les équipes de l’Union des fabricants (Unifab) arpenteront chaque jour les rues ou les plages du Sud de la France pour faire passer leur message.

Leur tournée a commencé par Aix, où Christian Peugeot, le président de l’Unifab, affirme : « 40 000 emplois sont perdus chaque année en France du fait de la contrefaçon qui, en plus, enrichit la criminalité organisée ».

Le sénateur Richard Yung, président du Comité national anti-contrefaçon (CNAC), renchérit : « Les gens peuvent être tentés de penser qu’acheter un objet contrefait, c’est une bonne affaire pour eux et, de toute façon, ce n’est pas grave, car les grosses entreprises font des marges suffisamment importantes. Ils ignorent que la contrefaçon représente pour les entreprises françaises une perte de chiffre d’affaires de 5 à 7 milliards par an ».

Et ce chiffre ne cesse de croître, comme le précise Jean-Christophe Grossi, adjoint au maire d’Aix, délégué au commerce et à l’artisanat : «  La contrefaçon frappe en cascade, le fabricant, le grossiste, et jusqu’au détaillant. Auparavant, elle ne concernait que les vêtements ; maintenant, elle touche aussi des domaines comme les médicaments ou les pièces détachées de véhicules ».

Les moyens de se protéger ? Ils existent. Ils peuvent passer par la création d’IGP (« indications géographiques protégées ») comme celle que la Ville d’Aix a mise en place pour protéger le calisson, ou par des interventions étatiques sur les flux financiers créés par la contrefaçon.

En attendant, comme l’ont répété les jeunes gens aux passants, « le meilleur moyen de lutter contre la contrefaçon... c’est de ne pas en acheter ! »