Projet The Camp

Publié dans La ville se dessine - Explorer cette rubrique

Deux projets majeurs sont en cours de développement et viennent définitivement hisser Aix au sommet des villes qui font des nouvelles technologies, une priorité économique, sociale et environnementale. Explications.


La Ville porte deux programmes qui conféreront à Aix une attractivité nouvelle pour les entrepreneurs qui innovent dans le domaine des nouvelles technologies.

Premièrement : « The Camp » dont l’architecture a été confiée à Corinne Vezzoni. Il s’agit d’un campus international d’innovation numérique orienté vers la ville de demain et porté par Frédéric Chevalier. Cet entrepreneur aixois est reconnu pour avoir fondé en 1990 le groupe de communication HighCo qui emploie aujourd’hui 900 collaborateurs dans 15 pays. « The camp » sera implanté sur un terrain de 7 hectares dans la zone du Technopôle de l’Environnement Arbois Méditerranée et sa livraison est prévue fin 2016. Il créera environ 150 emplois directs et indirects, dans le management, l’administration, l’animation du lieu, les services d’exploitation et la formation.

Démarche architecturale The Camp


« The Camp » aura une véritable vocation de travail sur les problématiques de la ville intelligente (Smart City). Les entreprises présentes pourront développer de nouvelles technologies et des logiciels d’analyses permettant de piloter des actions en lien avec l’environnement, le transport ou l’énergie. Et ce, directement dans certaines zones urbaines de la ville qui deviendront ainsi des terrains d’expérimentation des usages urbains de demain.

L’inspiration de « The Camp » vient des campus américains, où les conditions de la création et de l’innovation sont créées en favorisant les interactions entre des populations de profils et d’expériences différentes : étudiants en design, en marketing, en communication, ingénieurs, codeurs, médecins, diplômés d’écoles de commerce… mais aussi des cadres d’entreprise, des entrepreneurs et des experts de rang mondial. Ces populations viendront vivre et travailler sur le campus sur des périodes courtes et intenses, pour imaginer et expérimenter les solutions qui rendront la ville du futur plus durable, plus équitable et plus humaine.

JPEG - 160.1 ko

Quelles applications ?

Les technologies numériques concourent à la création de villes intelligentes. Leur but est de créer des réseaux d’informations assurant une meilleure gestion de la ville. Par exemple, pour une municipalité, cela peut permettre d’optimiser l’irrigation des parcs, l’éclairage de la ville ou le ramassage des ordures, des capteurs permettant de déclencher une alarme lorsque les poubelles sont presque pleines. De leur côté, les riverains pourraient détecter les places de parking libres les plus proches, surveiller le niveau de pollution de leur quartier ou être informés en temps réel de l’ensemble des modifications relatives à leurs pratiques quotidiennes (embouteillage, accident.. etc).

« The Camp » en chiffres

Le campus s’étalera sur plus de 12 000 m². 3 500 m² seront dédiés aux entreprises ainsi qu’à la formation. Une cafétéria ouverte 24h/24h et 7j/7j reposera sur 600m². 7000 m² de surface seront consacrés aux résidences hôtelières, soit 284 chambres.

En marge de The Camp, un deuxième projet phare a permis d’obtenir le label French Tech. Il s’agit d’un pôle numérique qui devrait voir le jour au nord de la zone Valcros-Constance. Un aménagement de 16 hectares dédiés aux entreprises du numérique y est prévu. La première phase de ce chantier concerne seulement 5 hectares qui accueilleront la salle des musiques actuelles de la Communauté d’agglomération du Pays d’Aix et le campus du groupe Voyage-privé.com. Le site de voyages dirigé par Christophe Serna a en effet annoncé qu’il louerait 10 000 m² pour installer ses collaborateurs et une école de formation mais aussi, pour accueillir des start-up du e-tourisme.

French Tech, Yes we are
Axelle Lemaire, la secrétaire d’Etat chargée du Numérique, a décerné le 12 novembre dernier le label « French Tech » au territoire Aix-Marseille. La particularité de cette candidature repose sur l’union réussie entre les deux pôles urbains, Aix-en-Provence et Marseille, mais aussi sur son ouverture à la Méditerranée et la fertilisation croisée entre économie et culture incarnée par le succès de Marseille Provence 2013. Concrètement, il s’articule autour du Pôle Média de la Belle-de-Mai et du Technopôle de Château-Gombert à Marseille et du Technopôle de l’Arbois et du site de la Constance à Aix. Lancé par l’État pour placer la France parmi les principales nations numériques, le label « French Tech » a pour objectif de fédérer toutes celles et ceux qui créent la dynamique digitale de la France notamment en développement la croissance des start-up numériques.
200 Millions : C’est la somme en euros investie par l’État dans les différents projets portés par les territoires labellisés « French Tech ». 15 M€ seront consacrés à leur promotion internationale.