Oujda

Oujda

Accord de coopération

région de l’Oriental

Mairie de Oujda
Bvd Mohammed V
60000 Oujda
- Contact :
- Rachida Saadi (Relations internationales)
- cuo.cooperation@gmail.com

Maroc

Le Maroc s’est engagé dans un vaste processus de décentralisation dès 1962, lors de l’adoption de sa première constitution. La mise en place de la décentralisation a connu deux étapes majeures : la réforme communale de 1976 érigeant l’échelon communal en acteur privilégié du développement local et la réforme constitutionnelle de 1992 conférant à la région le statut de collectivité locale.
La constitution marocaine du 7 octobre 1996 garantit l’existence de trois niveaux de collectivités locales : les régions, les préfectures et provinces et les communes, ainsi que le caractère électif de leurs assemblées et le principe de leur gestion démocratique.

En 2005, le territoire marocain comptait 1547 communes, 43 provinces, 12 préfectures et 16 régions.
La particularité de l’organisation territoriale marocaine est de disposer pour un même échelon de 2 types de collectivités locales, à savoir les préfectures et les provinces.

Oujda est une ville marocaine située au nord-est à 70 km de la côte méditerranéenne. Elle est la capitale administrative de la région de l’Oriental. Bordée au nord par les monts rifains de Beni-Snassen, à l’est par l’Algérie.
Sa proximité avec Melilla et l’Algerie lui permet de jouer le rôle de carrefour entre l’Afrique du Nord et l’Europe. La métropole de l’est marocain compte plus de 600 000 habitants. En été sa population double, grâce aux Oujdis résidents à l’étranger.
L’accroissement annuel de la population est de 2,4 % environ.
La capitale de l’Oriental, chef-lieu d’une région, disposant d’un certain nombre d’atouts naturels et favorable pour le développement du tourisme, se caractérise par la plage de Saïdia longue de quatorze kilomètres de sable fin et doré. La montagne de Béni-Snassen présente un beau paysage naturel qui forme la vallée de Zegzel, gorges, chutes d’eau, grottes, etc...
Sidi Mâafa, une petite forêt, véritable poumon de la ville, située à quatre kilomètres de la ville, où l’on peut profiter d’une belle promenade et escalader le jbel Alhamra. Le lieu offre une belle vue panoramique sur la ville et ses alentours.

600 km2

600 000

Université Mohammed Premier (6 établissements : 3 facultés et 3 écoles)
38 Filières du cycle licence (fondamentales et professionnelles)
29 masters et masters spécialisés
22 UFR DESA et DESS
6 cycles ingénieur
10 cycle DUT
1 diplôme de commerce et de gestion
1 diplôme de médecine

35000

Omar Hejira

6 ans (prochaines élections en 2021)

La position géographique privilégiée d’Oujda constitue un atout pour sa prospérité et son progrès, la ville a une vocation commerciale et tertiaire excellente.
La ville est dotée d’un tissu industriel embryonnaire :
- Une Zone industrielle avec une superficie de quarante-huit hectares plus sept hectares d’extension et avec cent-quarante-quatre lots industriels.
Aujourd’hui la région est appelée à jouer un rôle important grâce au tourisme notamment avec la création du grand pôle touristique à Saidia plage (57 km au nord d’Oujda), le dédoublement de la voie Oujda Saidia, le lancement des travaux de l’autoroute Oujda Fès ( qui sera prête en 2010), l’extension prévue de l’aéroport d’Oujda-Angad (ajout d’une piste et création d’un pôle arrivée et d’un pôle départ), la construction d’hôtels, la mise à niveau des voies et boulevards de la ville, l’aménagement de la médina, etc.
Saïdia, la perle bleue, est un grand espace touristique aux portes de l’Europe, située à 60 km au nord de la ville d’Oujda, Saïdia est l’une des plus belles stations balnéaires du nord marocain.

Les communes marocaines :

  • état civil
  • foncier, urbanisme
  • eau et assainissement
  • déchets ménagers
  • distribution, énergie
  • transports urbains
  • voirie
  • espaces verts
  • logement
  • services sociaux
  • culture
  • sports et loisirs
  • développement économique

Relations politiques
Les relations bilatérales sont marquées du sceau du dialogue étroit entre la France et le Maroc. En ce sens, des rencontres annuels entre chefs de gouvernement ont été mises en place depuis 1997 en vue de fixer les priorités de coopération entre les deux pays. Le Maroc est le premier pays aidé par la France dans le monde, avec une aide publique française au développement attribuée à hauteur de 176 milliards d’€ en 2005.

Relations économiques
La France est le premier partenaire commercial du Maroc (22% des échanges extérieurs marocains), à la fois premier fournisseur, premier investisseur étranger et premier créancier public ainsi que la première source de recettes touristiques du Maroc. les deux gouvernements ont décidé de créer le Groupe d’impulsion économique France-Maroc afin de développer les synergies entre les hommes d’affaires français et marocains, dont le mandat a été reconduit en décembre 2006 pour une année supplémentaire.

Coopération culturelle, scientifique et technique
La France dispose d’un réseau culturel dense au Maroc avec sept Instituts, trois annexes et deux Alliances françaises ainsi que d’un réseau scolaire dense avec vingt-sept établissements accueillant plus de 21.600 élèves.
Le Maroc est l’un des premiers pays bénéficiaires de l’Agence Française de Développement dont les interventions sont ciblées dans le domaine de l’eau et de l’assainissement, des infrastructures de base et du secteur productif.

Coopération décentralisée
Depuis 2004, la France apporte un soutien actif au développement institutionnel des collectivités marocaines via le Fonds de solidarité prioritaire " accompagnement du processus de décentralisation marocain. Le Fonds, né d’une volonté commune des pouvoirs publics français et marocains, est destiné à financer le Projet d’Accompagnement du processus de décentralisation marocain (PAD Maroc) qui associe un volet de coopération interétatique d’aide à la décentralisation et un volet de coopération décentralisée d’appui à la maîtrise d’ouvrage locale.

Voir en ligne : http://www.communeoujda.ma/