Ma commune sans pesticide, le retour de la nature spontanée

Archive

Publié dans Actualités - Explorer cette rubrique

Depuis le 1er janvier, la Ville n’utilise plus de désherbant chimique pour l’entretien des espaces publics.
Dans les parcs, sur les trottoirs ou aux pieds des arbres, on voit de nouveau apparaître une végétation spontanée, malheureusement associée par certains à une notion de saleté.

Au détour de nos rues ou sur nos espaces verts, l’herbe revient en ville !
Cette végétation spontanée, souvent associée à la notion de saleté en ville, était jusqu’à présent éliminée à l’aide de pesticides. Mais, aujourd’hui, il n’est plus à démontrer que ces produits représentent des risques, même à très faible dose, sur la santé humaine et l’environnement.

Certes, il y a un peu plus d’herbe en ville, mais ce n’est pas par manque d’entretien.

C’est pour préserver la qualité de notre environnement, votre santé et celles de nos agents (les plus exposés au risque).

Les quantités utilisées en ville peuvent paraître dérisoires en comparaison aux quantités utilisées en agriculture, sur le réseau ferré et les bords de routes. Mais en ville comme au jardin, les désherbants appliqués le sont bien souvent sur des surfaces très peu perméables. Ils sont ainsi rapidement et massivement entraînés vers les cours d’eau dès les premières pluies.

Désormais sur Aix en Provence, les solutions curatives alternatives, telles que le désherbage mécanique, le binage, depuis toujours utilisées, ont été renforcées… Les solutions préventives telles que la mise en place de paillage, l’utilisation de plantes-couvre-sols vont être développées.

Ces nouvelles pratiques nécessitent bien souvent plus de travail et de tolérance à cette nature que l’on voit apparaître un peu partout.

À noter :

Depuis le 1er janvier 2017, l’utilisation des produits phytosanitaires dans les espaces publics est interdite (loi relative à la transition énergétique et la loi Labbé). Ainsi l’État et les collectivités locales ne peuvent plus utiliser ces produits pour l’entretien des espaces verts, promenades, forêts, et les voiries.

A partir du 1er janvier 2019, l’utilisation de pesticides par les particuliers sera également interdite. Dans un premier temps, la vente en libre service de ces produits est défendue depuis le 1er janvier 2017.