Les Goncourt chez eux à Aix-en-Provence

Archive

Publié dans Actualités - Explorer cette rubrique

L’Académie Goncourt a hérité d’un appartement situé sur le cours Mirabeau. Il s’agit du seul bien immobilier dont la société littéraire est propriétaire. Un lieu unique où pourront désormais séjourner les lauréats et les membres de la prestigieuse Académie.


Avec Paule Constant – lauréate en 1998 pour son livre Confidence pour confidence – Aix avait déjà un prix Goncourt à résidence. Elle est désormais la seule ville de France à héberger la résidence des Goncourt. Un lieu unique dont nous avons poussé la porte ce samedi 24 mars 2018 en présence de trois membres de l’Académie Goncourt : Bernard Pivot, qui la préside depuis 2014, Pierre Assouline, et Paule Constant, également directrice artistique du Festival des Écrivains du sud, rendez-vous littéraire aixois.

C’est un appartement situé au cœur de la ville – sur le cours Mirabeau – qui a été légué par Régine Bezasse en 2016 à la société littéraire des Goncourt. Cette amie de Paule Constant, sans héritier, voulait que son appartement - qu’elle aimait tant - devienne un lieu ou l’on écrit des livres. « C’était une personne incroyable, une vraie lectrice qui aimait les livres. J’ai eu la chance de la rencontrer quelques jours avant sa mort. C’était une femme formidable, et belle », décrit Bernard Pivot en montrant le portrait de la généreuse donatrice posé sur le buffet de la pièce à vivre. Car l’appartement, même s’il a été rafraîchi, est resté dans l’esprit de Régine.

L’endroit accueillera d’anciens lauréats du Goncourt en résidence. Ils pourront y séjourner pour écrire ou simplement chercher l’inspiration. Pour l’organisation ? Ça semble plutôt simple. « On se téléphone tous très régulièrement, et on déjeune ensemble une fois par mois. Ce sera facile de s’organiser », sourit Paule Constant avant de poursuivre, c’est un endroit qui va vivre. Chaque locataire y amènera ses livres pour enrichir la bibliothèque de l’appartement ». Tout un mur prêt à accueillir les ouvrages habille l’arrière du bureau mezzanine qui surplombe la pièce principale.

« Aix devient aujourd’hui le troisième lieu de l’Académie, poursuit Bernard Pivot, il y a d’abord Paris où nous remettons chaque année le prix, puis Nancy, ville natale des frères Goncourt, Edmond et Jules. C’est là-bas que se trouvent nos archives. En septembre prochain on y inaugurera d’ailleurs une rue Edmonde Charles-Roux, ancienne présidente de notre Académie. Et maintenant il y a Aix, avec cette résidence formidable ».

Pierre Assouline ne cache pas qu’il pourrait être le premier locataire de l’appartement. « Ce sera probablement Virginie Despentes ou moi-même. Nous n’écrivons pas chez nous. Il y a une imprégnation du lieu où l’on écrit, explique l’auteur de Retour à Séfarade qui doit prochainement commencer son nouveau livre.

Une chose est sûre, une nouvelle page de l’histoire de la prestigieuse société littéraire est sur le point de s’écrire. Et c’est à Aix-en-Provence que ça se passe.