Le maire d’Aix demande un grand plan vélo

Archive

Publié dans Actualités - Explorer cette rubrique

Les aménagements provisoires mis en place durant le confinement avaient pour but, à la sortie du confinement, de délester les transports en commun, au profit du vélo. Il n’a jamais été question de les faire perdurer dans cette configuration, puisqu’avec la reprise de l’activité ces voies vélos généraient des embouteillages.

Leur intérêt a été aussi de tester certains itinéraires afin d’y créer de vrais aménagements cyclables, de manière durable. Et de permettre aux vélos d’emprunter les 7 kilomètres de voies de bus.

Depuis près de deux décennies, la Ville réalise des aménagements cyclables à chaque réfection de voirie. Elle dispose aujourd’hui de plus de 60 kilomètres de pistes ou voies cyclables mais dont la continuité n’est pas toujours assurée. Pour que ce réseau soit cyclable sans discontinuité, il manque 60 kilomètres de voies.

Le maire d’Aix-en-Provence a réuni ses équipes ce lundi pour leur demander la mise en place d’un grand plan vélo pour la rentrée de septembre. « Nous n’abandonnons pas le plan vélo mais je vous demande de chercher des solutions alternatives qui ne pénalisent par les Aixois qui n’ont pas d’autres choix que de prendre leur voiture. Je souhaite que ces 60 kilomètres manquants soient réfléchis en priorité. Notre objectif doit être de relier ces aménagements pour avoir de vrais circuits vélos, sans discontinuité et de permettre aux Aixois de circuler en toute sécurité ».

Le maire a également demandé que, pour la fin de l’année 2022, soient réalisés - en plus des autres aménagements - les axes cyclistes qui sont régulièrement réclamés par les Aixois et que la pratique du vélo électrique rendent possibles :

  • Centre-Ville/Arbois/Les Milles/Plan d’Aillane (Aller retour)
  • Centre-ville/Célony/Puyricard. (Aller retour)
  • Centre-Ville/Pont de l’Arc/Luynes/Les Trois Pigeons (Aréna) (Aller retour)

Ces trois circuits principaux permettront de faciliter l’accès au centre-ville depuis les villages et surtout la zone activité des Milles.

Parallèlement, le maire a demandé à la SEMEPA, qui gère les parkings en ouvrage de la ville, de travailler sur des emplacements sécurisés en abonnement pour les vélos, et d’augmenter les emplacements dédiés aux deux roues motorisés.

Enfin, la Ville s’apprête à décliner à l’échelle de la collectivité, les mesures gouvernementales, qui permettent de faire bénéficier d’un forfait annuel « mobilité durable » les employés (mairie et CCAS) qui privilégieront le vélo – au lieu de la voiture - pour leurs déplacements domicile-travail. Cette mesure fera l’objet d’une délibération en conseil municipal. Rappelons que la ville compte 2 300 salariés.