Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Accueil du site
Culture > Patrimoine > Le béton au secours de l’église de La Madeleine

Le béton au secours de l’église de La Madeleine

Publié le vendredi 10 mai 2013

JPEG - 211.2 ko

Nouvelle étape dans le chemin de croix entamé par l’église de La Madeleine en 2006 avec sa fermeture au public dans l’urgence : fragilisée par des trous creusés dans son mur, le long de la rue Portalis, elle menaçait de s’effondrer. Depuis, études et travaux visant à stabiliser le bâtiment n’ont pas cessé.
Dans une église transformée en une cathédrale d’échafaudages, des ouvriers ont attaqué la réfection de la toiture. Depuis quelques jours, ils ont été rejoints par d’autres qui, eux, s’intéressent plutôt aux deux piliers qui avaient commencé de bouger. La solution retenue a été d’injecter du béton dans des trous effectués sous lesdits piliers pour les renforcer. Sachant que les fondations sont à 3 mètres de profondeur, les pieux de béton pourront descendre, selon les endroits, entre 4 et 12 mètres de profondeur en dessous des fondations. Les travaux doivent durer trois mois, soit jusqu’à la fin-juillet.
L’ensemble des travaux – réfection des voûtes, couverture d’une partie du toit, rénovation de chapelles notamment – durera jusqu’au printemps 2014. Puis, après six mois de surveillance, fin 2014, les Aixois retrouveront La Madeleine.

Sur le chantier, piloté par la direction du Patrimoine de la Ville, avec l’appui de la Mission Archéologie, travaillent les entreprises : Vivian (maçonnerie), Sinopia (peinture), A Chaux et Sable, Ancrages et Fondations, Bourgeois (couverture), Mathieu (vitraux), Maurice Marini (dessalement et nettoyage des pierres), Arnold (échafaudages), Mistral Environnement (désamiantage de la chaufferie), Ginger (contrôle des mouvements de l’édifice).

Diaporama

 
Bilan d'activité des services