Le barrage de Bimont en rénovation

Archive

Publié dans Actualités - Explorer cette rubrique

En 2018, le chantier de rénovation du barrage s’attaque notamment aux fissures recensées sur la rive droite de l’ouvrage, en aval.

Après l’installation de la conduite de dérivation et la vidange du plan d’eau – passé de 14 millions à 400 000 m³ – place désormais cette année aux travaux de sécurisation. Principalement, il s’agit de boucher les fissures en rive droite de l’ouvrage, grâce à l’injection d’un coulis de ciment. Avant cela, l’installation de barres d’ancrages va permettre de renforcer le barrage, dont l’épaisseur au pied est de 17 mètres, contre 4 mètres sur la crête. Des opérations chirurgicales qui vont durer jusqu’à l’été. La double courbure de ce géant de béton – en longueur et en hauteur – rend la simple pose des échafaudages complexe.

Le barrage de Bimont, construit entre 1947 et 1951 grâce au Plan Marshall, a présenté dès 1953 des fissures, sur le parement aval. En cause, certains ciments livrés trop chauds et qui ont produit une réaction chimique, avec pour effet un gonflement du béton et des fissures. Rapidement stabilisé et constamment surveillé, le phénomène n’a jamais cependant posé de problème de sécurité. Fin 2018 la pose d’une membrane d’étanchéité – sur le parement amont cette fois, en contact avec l’eau – clôturera cette phase des travaux, évaluée à 6 millions d’euros sur un budget global de 20 millions d’euros. La remise en eau interviendra par paliers en 2019, afin d’étudier le comportement de l’ouvrage. Car un barrage bouge de quelques centimètres, tantôt en amont tantôt en aval, en fonction des mouvements d’eau.

Le barrage de Bimont est alimenté artificiellement par d’autres ouvrages gérés par la Société du Canal de Provence (SCP). Il répond à un tiers des besoins en eau d’Aix-en-Provence. Après les travaux de rénovation, sa capacité d’exploitation passera à 25 millions de m³, contre 15 millions actuellement.