L’Esprit et la lettre d’un jugement

Publié dans Ma Mairie - Explorer cette rubrique

Alors qu’elle a été condamnée pour « détournement de fonds publics » et « prise illégale d’intérêt », la Maire d’Aix en Provence continue de qualifier de « complot » une décision de justice qui clôt des poursuites particulièrement argumentées et pleinement fondées.

De telles déclarations, qui remettent en cause l’impartialité du jugement comme l’indépendance de la Justice, sont préjudiciables à notre Ville de robe, à son économie en partie basée sur les retombées des pôles judiciaires et à son histoire.

Nous en appelons au strict respect de la chose jugée qui est un devoir impératif pour le premier magistrat d’une cité. Nous demandons à ce que cesse immédiatement toute invective à propos de cette décision. Nous posons la question : combien d’hommes et de femmes politiques, au nom de l’intérêt supérieur de notre Ville, auraient tiré les conclusions qui s’imposaient de ce jugement ?

Mue par d’autres motivations, la Maire en a décidé autrement. Mais qu’elle ait au moins la décence, par un silence respectueux, d’assumer les conséquences de ses décisions illégales ayant entraîné une gabegie d’argent public dans un temps où ce dernier est particulièrement rare et précieux.

Groupe Démocratie pour Aix