Fouilles archéologiques : la Rotonde au temps des Romains

Archive

Publié dans Actualités - Explorer cette rubrique

PNG - 695.5 ko
Les pieux de bois datent de la fin du XVIIIe siècle, les piliers de béton, du début des années 1970.

Entamées le 30 mai, les fouilles sur le site de l’ancien office de tourisme, place de la Rotonde ont, en quatre semaines, offert quelques bonnes surprises. Dès les premiers jours, l’équipe dirigée par Ariane Aujaleu, archéologue de la Ville d’Aix, est tombée sur un égout de l’époque dite « moderne », datant sans doute de la fin du XVIIIe siècles. Il se situait à environ 6 mètres en dessous du niveau de la Rotonde.

Tout autour, et sur plus de deux mètres de hauteur, les archéologues ont récupéré des débris issus de la démolition du Palais comtal, à la fin du XVIIIe siècle. Mais à l’exception d’un ou deux carreaux de céramique, il ne s’agissait que de morceaux de moellons sans valeur : les pierres de tailles et les éléments de décoration ont certainement été ré-employés dans d’autres constructions.

Autres découvertes, quelques mètres plus bas, au « niveau antique » : trois aires, de quelques mètres carrés chacune, contenaient un mélange de cailloux et de tessons de céramiques romaines. Peut-être ces dépôts avaient-ils pour but de mettre au sec de petites zones humides ? Des études ultérieures permettront de le savoir.

Plus proches de nous, notons enfin ces pieux de bois qui servaient à soutenir l’égout moderne, et des piliers de béton, faisant partie des fondations de l’ancien office de tourisme, lors de sa construction au début des années 1970.

Le prochain numéro d’Aix en Dialogue, qui paraîtra le lundi 1er juillet 2013, consacre un dossier à l’archéologie préventive.

PNG - 567.2 ko
Devant cette jeune femme en train de faire un relevé, on distingue un mélange de cailloux et de morceaux de céramiques romaines. En arrière-plan se trouvent les piliers de béton qui ont servi de mur de soutènement pour la construction de l’ancien office de tourisme.
PNG - 566.6 ko
Gros plan sur des débris de céramiques
PNG - 496.2 ko
Dans l’enceinte du chantier, de jeunes archéologues, renforcées cette semaine par des lycéennes en stage, nettoient les débris de céramique avec de l’eau et de petites brosses.