Enquête sur les freins au dépistage du cancer

Atelier Santé Ville

Publié dans Au fil de la vie - Explorer cette rubrique

Cette enquête visait à compléter et préciser des éléments apparus dans les grandes enquêtes nationales (par exemple « les français face au dépistage des cancers », Inca, 2009) afin de réfléchir à des actions de prévention tenant compte des spécificités locales.

En 2009, l’Atelier Santé Ville ré-initie une phase de diagnostic local de la santé de la population aixoise, dans le but de préparer l’écriture du prochain Plan Local de Santé Publique. Dans ce cadre, l’impact des grandes causes de mortalité telles que le cancer est à nouveau étudié et montre que, concernant le cancer du sein, le dépistage précoce a permis une baisse de la mortalité de 2,3% depuis le milieu des années 90.

Le dépistage organisé du cancer du sein (ou D.O.) proposé par l’Assurance Maladie permet aux femmes âgées de 50 à 74 ans (tranche d’âge la plus touchée par la maladie) de bénéficier d’un examen et d’une mammographie prise en charge à 100% tous les 2 ans. La plus-value du dispositif est qu’il permet une double-lecture des résultats, permettant ainsi de mieux détecter d’éventuels cancers.

La problématique
L’invitation à participer au D.O. est envoyée à chaque femme concernée selon un roulement et une organisation spécifique ce qui permet à la totalité de la population-cible d’être touchée par le dispositif. Chaque femme invitée est ensuite libre de donner suite ou non, et il s’agit bien là de ce qui peut poser problème dans le cadre de la prévention. On sait en effet que de nombreuses raisons peuvent amener les femmes à ne pas faire de dépistage, organisé ou non, du cancer du sein. La plupart de ces raisons découlent d’une mauvaise compréhension ou information concernant le dispositif, mais beaucoup aussi évoquent des raisons psychologiques, appelées généralement "freins au dépistage". Dans le cadre de notre enquête, nous avons étudié l’attitude générale par rapport au dépistage du cancer du sein, organisé et non-organisé (pratiqué individuellement par les femmes dans le cadre d’un suivi gynécologique régulier).

Sur Aix-en-Provence, l’Atelier Santé Ville a voulu savoir quels pourraient être les freins évoqués par les habitantes, en s’intéressant à la fois aux freins matériels (distance, bonne couverture des envois d’invitations, présence des radiologues...) et aux freins psychologiques. L’objectif était ensuite d’apporter d’éventuelles modifications au système de prévention local selon les conclusions de l’enquête.


Atelier santé ville - Coordination Aurore Borras


Direction Hygiène et Santé publique
Monument sec - 6 Avenue Pasteur
Tél : 04 42 91 94 88