Dans la bulle d’Arleston

Archive

Publié dans Actualités - Explorer cette rubrique

Le studio Gottferdom rassemble actuellement douze auteurs de bande dessinée. Il a accueilli depuis sa création plus de 200 artistes.

Voilà sans doute l’un des premiers espaces de coworking d’Aix. Bien avant que ce type de lieu ne devienne tendance. Créé fin août 1997, le studio Gottferdom occupe alors 120 m2 au cœur de la ville, au 16 rue Portalis. Des scénaristes, des dessinateurs et coloristes s’y regroupent pour partager les différents frais du local. Parmi les fondateurs, Christophe Arleston, le créateur du personnage de Lanfeust. « A cette époque, une photocopieuse ou une bibliothèque de livres d’illustration restaient des outils très précieux, le numérique n’avait pas encore changé nos méthodes de travail. » Le studio devient rapidement un creuset de jeunes auteurs, dont plusieurs deviennent par la suite des noms reconnus dans le milieu du 9e art. Parallèlement à cette création, Arleston et Latil lancent le premier numéro de « Lanfeust mag » qui compte aujourd’hui 220 publications. « Le studio devient le siège de la rédaction du mensuel. Des auteurs passent, s’installent, d’autres repartent, Gottferdom devient un lieu vivant. »

L’ESPRIT DU LIEU

En 2002, ils sont douze dans les locaux exigus de la rue Portalis. Le lieu devient trop étroit. Le studio déménage dans la rue Fermée et s’étale désormais sur 250 m2, répartis en une grande pièce commune et plusieurs petits bureaux indépendants. « Depuis sa création, plus de 200 auteurs ont posé leurs planches dans l’atelier, ils y trouvent une ambiance studieuse et d’autres artistes pour échanger. La solitude est dans l’ADN de notre métier, il nous impose de travailler de nombreuses heures par jour. » Et, chose surprenante, le numérique, qui permettrait aujourd’hui des collaborations à distance, n’a pas vidé le studio. L’esprit du lieu ne se transmet sans doute pas via des câbles Ethernet.

Christophe Arleston

Scénariste de bande dessinée né à Aix-en-Provence, c’est en 1994 que sort le premier tome de sa série la plus connue : « Lanfeust de Troy ». En 1997, Arleston lance « Trolls de Troy », une série dérivée de Lanfeust. Elle lui offrira le prix du meilleur scénario en 1998 à Chambéry ainsi que le prix du meilleur album jeunesse au festival d’Angoulême (1998, 2002). Il obtient une troisième fois ce même prix avec « Lanfeust de Troy » en 2000. Il a publié plus de 200 ouvrages traduits dans 40 langues.