Créer une marionnette à fils

Publié dans Culture à Aix - Explorer cette rubrique

Création d’une marionnette à fils proposée par la "Compagnie du Schmock"

La compagnie du Schmock préfère se définir comme « faisant du spectacle vivant », plus que du théâtre ou de la marionnette. Il s’agit d’une compagnie qui s’inscrit dans une volonté de travailler avec et pour « le jeune public ». C’est avant tout un engagement. Au-delà de la liberté structurelle qu’offrent les champs de création pour les enfants dans le spectacle vivant, c’est l’engagement politique, social et éducatif qui est l’essence même de cette compagnie.

La Compagnie du Schmock a pour activités la création mais aussi la formation. Elle participe à divers ateliers dans des cadres et structures diverses. Elle travaille en étroite collaboration avec l’association Co-texte afin d’engager le théâtre comme outil de formation, d’émancipation et de cohésion sociale.
https://www.youtube.com/watch?v=IzLbUWquDkw

Construction d’une marionnette à fils

La marionnette à fils est une « poupée » articulée par une « croix » et un « contrôle » grâce à des fils que l’on nomme « l’âme » de la marionnette. Ce dispositif s’appelle « l’ensecret ».

Le marionnettiste se place au dessus de la marionnette. Elle est employée en général avec un castelet, élément de décor de théâtre de marionnette servant de cadre à l’espace scénique.

Matériel à prévoir

  • Deux baguettes type « tige à barbecue » en bois (vente en supermarché).
  • Des feuilles Cansons ou autres.
  • De la peinture, des feutres, des crayons de couleurs.
  • Des yeux à coller (vente rayon beaux arts, loisirs créatifs).
  • Une boule de polystyrène (vente rayon beaux arts, loisirs créatifs).
  • Du matériel pour les cheveux, comme des tiges « Fils chenille coloré » (vente rayon beaux arts, loisirs créatifs).
  • Une attache parisienne la plus longue possible (Papeterie)
  • Des ciseaux.
  • Du scotch classique +du scotch d’électricien (Bricolage).
  • Du fil à coudre le plus résistant possible (Mercerie).
  • Une règle.
  • Un crayon.

Enjeux pédagogiques :

La construction de cette marionnette est moyennement simple et elle demande un peu de matériel.

Elle s’adresse à des primaires du CP au CM2 avec plus au moins d’autonomie aussi bien au niveau de la projection, des propositions singulières que de la manipulation des matériaux.

Du CP au CE elle nécessite un peu d’aide alors qu’en CM l’enfant peut-être si il est guidé complètement autonome

L’enfant, en plus de l’enjeu créatif grâce à la marionnette, aborde la notion de projection, de transfert, il peint, découpe, accède au volume, rentre dans un « process » de création avec l’ensemble des étapes qui lui permettent de réaliser son projet.

En plus de l’étape de la création plastique, il peut ensuite faire vivre, évoluer, faire exister son objet dans l’autre champ que permet le travail marionnettique, à savoir la scène, le spectacle vivant.
En effet, à la suite de la construction de celle-ci l’enseignant peut se servir de ce travail pour aborder d’autres disciplines comme le théâtre, le travail autour de l’imaginaire, de « l’histoire », du conte.

Déroulement

La réalisation de cette marionnette peut se faire en une grosse séance mais deux plus petites nous semblent plus juste.

Elle nécessite en plus du matériel peu de moyen, une table et une bonne organisation en amont de l’intervenant.

Ce qui est suggéré est une base, bien entendu chaque enseignant est libre de s’écarter des consignes et matériaux afin de s’approprier le projet.

A partir de la contrainte, de la structure, l’enfant transgresse, propose d’autres idées et impulsions face à la matière, l’enjeu est de lui laisser cette espace tout en lui faisant respecter la structure de base qui est une marionnette à fils qui ce déplace et évolue grâce au « contrôle » propre à ce dispositif.

Suggestion d’organisation :

  • Commencer par construire « le corps » de la marionnette :
    • Pour cela une feuille de Canson, ou autres A4, tracer 4 bandes (par exemple de -** 4cms de largeur chacune, sur la longueur de la feuille).
    • Découper les bandes et les scotcher par deux afin d’obtenir deux longueurs identiques. Les décorer à loisirs.
  • Passer à l’étape de la tête de la marionnette.
    • Prendre la boule de polystyrène, lui coller les yeux, lui fixer les cheveux, bouche, nez, colorier.
    • Découper un morceau de la tige de bois de 10/15 cm et transpercer la tête de part et d’autre au niveau des oreilles.
  • Accrocher le corps et la tête.
    • A partir d’une attache parisienne fixer le corps et la tête.
    • Sur le devant du corps percer un petit trou dans le papier y glisser l’agrafe, puis la planter à l’arrière de la tête.
  • Construire le « contrôle ».
    • Prendre les deux bouts restant de bois.
    • Placer le plus grand verticalement et le plus petit horizontalement en croix.
    • Les fixer grâce au scotch « d’électricien ».
  • Fixer les fils entre « le contrôle » et la marionnette.
    • Placer les 3 fils grâce au scotch « d’électricien ».
    • Le premier et le second ; chacun d’eux à une extrémité de la tige horizontale et ils se fixent à la tête par le même procédé sur la tige qui la transperce.
    • Le troisième à l’extrémité de la tige verticale (là où n’est pas la tige horizontale), et à « l’arrière », au niveau de la « queue » de la marionnette.
  • Enfin décorer la marionnette.
    On fixe grâce à du scotch de part et d’autre du corps de la marionnette de petites plumes.

A la suite de la construction :

L’enfant s’entraîne à faire manipuler sa marionnette.

Il doit également projeter une histoire sur celle-ci en vue de la présenter aux autres participants. Par exemple, il doit inventer un nom, un âge et une fonction (métier, occupation etc.) à son personnage.

L’enseignant fait ensuite passer les enfants un par un afin que chacun montre son travail aux autres et présente son personnage.