Nouvelles mesures gouvernementales - Les élus locaux continuent de se battre pour la survie économique de leurs territoires

Publié dans Actualités - Explorer cette rubrique

FIL D’INFORMATIONS

Vendredi 25 septembre 2020


Le maire communique

"Je sors de la réunion avec le Ministre de la Santé et le préfet où je représentais la ville d’Aix mais aussi l’Union des maires. L’arrêté ne devrait prendre effet que dimanche soir. Au bout d’une semaine, (dimanche 4 octobre) un point sanitaire sera effectué. Si la situation sanitaire s’améliore, l’arrêté pourra être allégé. La vente à emporter sera autorisée. La liste des villes concernées par l’arrêté devrait être publiée dans la soirée.
Je continuerai à me battre aux côtés des acteurs économiques (restaurateurs, cafetiers, hôteliers, propriétaires de salles de sports) qui sont la richesse de notre ville.
Parce qu’ensemble nous serons toujours plus forts je demande aux Aixois de respecter le port du masque et les gestes barrières. En luttant contre le virus activement, nous donnons plus de chances à nos établissements de rouvrir rapidement et ainsi à la vie de reprendre. "


Jeudi 24 septembre 2020


Suite aux nouvelles mesures annoncées par le ministre de la santé, le maire d’Aix, ainsi que plusieurs élus concernés étaient à la préfecture des Bouches-du-Rhône pour défendre les intérêts des commerçants de leurs territoires respectifs. Mais face à l’incapacité de la préfecture à négocier et à présenter un périmètre précis fixant les limites géographiques d’application de ces nouvelles mesures, les élus présents ont quitté la réunion. Ces derniers ont décidé de se réunir au Pharo pour décider des suites à donner. Pour l’heure, l’arrêté préfectoral n’a pas été signé.

Suite à l’annonce des nouvelles mesures, une réunion s’est tenue à la préfecture des Bouches-du-Rhône autour du préfet Christophe Mirmand, en présence notamment de Maryse Joissains, maire d’Aix-en-Provence, de Martine Vassal, présidente de la métropole Aix-Marseille Provence, de Benoit Payan, 1er adjoint au maire de Marseille, de George Cristiani, président de l’Union des maires des Bouches-du-Rhône et d’un représentant de la région Sud.

Maryse Joissains Masini, maire d’Aix-Provence, s’adressant au préfet, a réaffirmé son soutien indéfectible aux commerçants aixois.

« La parole du gouvernement n’est aujourd’hui plus crédible. Faites très attention aux décisions que vous allez prendre car vous devrez en répondre. Nous, élus locaux, ne sommes pas là pour aggraver la situation, bien au contraire. Mais comment voulez-vous que j’explique à une population de 150 000 habitants que l’on confine économiquement notre territoire alors même que nous avons 8 personnes en réanimation et 11 patients COVID hospitalisés.
Je vous le dis solennellement Monsieur le Préfet, j’ai peur et je ne sais pas si je pourrai endiguer la colère des commerçants (restaurateurs, cafetiers mais aussi propriétaires des salles de sport) qui sont en train de mourir. Il est temps qu’au niveau national le conseil économique et social face entendre sa voix, alors même que seul le conseil scientifique est aujourd’hui entendu par le Gouvernement.
Vous devrez répondre devant les tribunaux des conséquences de ces actes. »

Pour rappel, le mercredi 23 septembre, Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé a tenu une conférence de presse afin d’annoncer de nouvelles mesures visant à renforcer davantage la lutte contre la propagation de l’épidémie de Covid-19 sur le territoire.

Dans son allocation, il a annoncé, entre autres mesures, placer la métropole Aix-Marseille et la Guadeloupe en "zone d’alerte maximale".

Olivier Véran a expliqué que les nouvelles mesures seront mises en place pendant 15 jours renouvelables.

Elles se traduisent ainsi :

  • tous les restaurants et bars seront fermés
  • les gymnases et salles de sport seront fermés ainsi que les salles des fêtes et autres salles polyvalentes
  • les établissements recevant du public seront fermés à l’exception des lieux disposant d’un protocole sanitaire stricte tels que les cinémas ou les musées.
  • les fêtes locales et étudiantes seront interdites
  • les rassemblements de plus de 10 personnes sur l’espace public seront interdits