Conservatoire national de la mémoire des Français d’Afrique du Nord

Publié dans La ville se dessine - Explorer cette rubrique

La première pierre du futur « Conservatoire national de la mémoire des Français d’Afrique du Nord » a été posée le vendredi 6 octobre sur le terrain jouxtant la Maison Maréchal-Juin, av. de Tübingen

Les travaux devraient durer 18 mois, pour une livraison prévue au printemps 2019.

Objectif

Ce Conservatoire a pour but de devenir le lieu de sauvegarde de la mémoire des Français d’Algérie, du Maroc et de Tunisie, et à travers celle-ci, de l’histoire de la présence française dans ces territoires. Il bénéficiera du plus important fonds documentaire privé relatif à cette période : livres, films, journaux, cartes géographiques, affiches, cartes postales, photographies, papiers officiels, fonds d’archives orales, soit 85 000 documents. Ce fonds a été constitué, depuis 1974, par le CDHA (Centre de documentation historique sur l’Algérie et l’AFN), porteur du projet.

Accessible aux chercheurs, aux historiens, aux écrivains et aux étudiants intéressés, ce Conservatoire sera, en tout premier lieu, destiné aux familles de Rapatriés et à leurs descendants. Son objectif clairement assumé sera de faciliter l’accès à une information aussi large que possible pour ouvrir le champ actuel de recherches : l’histoire de la présence française en Afrique du Nord ne se réduit pas aux huit années de la guerre d’Algérie, mais s’écrit sur près d’un siècle et demi.

Présentation

Le futur Conservatoire aura une superficie utile d’environ 1 450 m2. Il comprendra deux bâtiments et trois niveaux.

Jusqu’à présent, le rôle de collecte et de sauvegarde des documents était tenu par le CDHA. Mais ses locaux – 250 m2 dans la Maison Maréchal-Juin – étaient devenus beaucoup trop exigus.

Les porteurs du projet

  • Fondation pour la recherche historique sur l’Algérie (FRHA) : créée en 2011 pour financer le projet de Conservatoire, et en garantir la pérennité. Elle est placée sous l’égide de la Fondation de France, qui assure la gestion des flux financiers. Les donateurs bénéficient, grâce à ce parrainage, des avantages fiscaux du mécénat. Son président est Druon Note, industriel dans le domaine pharmaceutique.
  • Centre de documentation historique sur l’Algérie (CDHA) : créé en 1974 pour rassembler et conserver tous documents sur la présence française en Algérie. Installé dans la Maison Maréchal-Juin depuis 1998, il est le principal centre privé de ressources documentaires sur ce thème. Il est présidé par Joseph Perez, ancien président d’établissements bancaire dans notre région.

Le montage financier

Le coût global du projet est de 4,6 M € TTC.
Il sera d’abord couvert par la FRHA, qui prend à sa charge 34 % du coût global, soit environ 1,5 M €.

Les autres participations :
→ Conseil départemental : 900 000 € ;
→ Conseil régional : 900 000 € ;
→ Ville d’Aix : 750 000 € (en sus du terrain cédé au CDHA) ;
→ Métropole Aix-Marseille-Provence : 500 000 €.