Bamako

Bamako

Accord de coopération

Bamako

Commune V
Rue 158 et 152
Badala Sema 2
- Contact : amadououattara88@yahoo.fr
- Fax +49 (0) 7071 204 1739
Omar Siby (Conseiller)
osiby2005@yahoo.fr

Mali

Commune V du district de Bamako

Division de Bamako en 6 communes

Bamako est la capitale du Mali, sur le fleuve Niger, dans le sud-ouest du pays. Bamako est le centre administratif du pays, dispose d’un important port fluvial et d’un centre commercial pour toute la région alentour. La capitale Bamako est érigée en district et subdivisée en six communes dirigées par des maires élus. Adama Sangaré est le maire du district de Bamako.
Bamako, originellement Bammâko (« marigot du caïman » en langue bambara) a été fondée à la fin XVI ème siècle par les Niaré anciennement appelés Niakate, qui étaient des sarakolés. Niaréla, le quartier des Niaré, est un des plus anciens quartiers de Bamako.
À la fin du XIXe siècle, Bamako est un gros village fortifié de 600 habitants, lorsque les Français avec Borgnis-Desbordes y pénètrent.
En 1895, elle devient chef-lieu de cercle avant de devenir capitale du Haut Sénégal-Niger le 17 octobre 1899 puis du Soudan français en 1920. Entre 1903 et 1907 est construit le palais de Koulouba, palais du gouverneur puis siège de la présidence de la République à partir de l’indépendance en 1960.
Le 20 décembre 1918, Bamako devient une commune mixte dirigée par un administrateur maire.
Le 18 novembre 1955, Bamako devient une commune de plein exercice, son maire, Modibo Keïta, est élu pour la première fois un an plus tard. Le 22 septembre 1960, l’indépendance du Mali est proclamée et Bamako devient la capitale de la nouvelle république.

41 km² pour la commune V

1 809 106 hab (249 727 hab. pour la commune V de Bamako)

4 universités reunissent les 9 campus de la ville.
l’université des sciences sociales et de gestion de Bamako (U.S.S.G.B), l’université des lettres et des sciences humaines de Bamako (U.L.S.H.B), l’université des sciences, des techniques et des technologies de Bamako (U.S.T.T.B) et l’université des sciences juridiques et politiques de Bamako (U.S.J.P.B)

70000

Amadou Ouattara

5 ans (prochaines élections 2021)

La commune compte onze quartiers et abrite 80 % des industries du Mali
PIB : 10,59 milliards de dollars en 2011
Part des secteurs d’activités dans le PIB :

  • primaire : 34%
  • secondaire : 30%
  • tertiaire : 36%
    L’agriculture est limitée essentiellement au maraîchage, la pêche et l’élevage sont peu développés. Le district de Bamako concentre 70 % des entreprises industrielles. Le secteur tertiaire est le plus développé, notamment l’artisanat (avec notamment la Maison des artisans) et le commerce. Bamako est aussi le siège des grandes entreprises et des administrations du pays.

Le district de Bamako est divisé en six communes par l’ordonnance du 18 août 1978 modifiée par la loi de février 1982.
La commune compte 256 216 habitants. Elle couvre une superficie de 3 426 km2 et neuf quartiers la composent. La commune II abosrbe une superficie de 1 681 km² et compte une population de 160 680 habitants.
La commune III couvre une superficie de 23 km² et sa population est de 119 287 habitants. Elle est le centre administratif et commercial de Bamako et se compose de vingt quartiers.
La Commune IV couvre une superficie de 36 768 hectares, avec une population de plus de 200 000 habitants et est composé de huit quartiers. La Commune V couvre une superficie de 41 km² et compte 249 727 habitants. Elle est composée de huit quartiers. La commune VI avec une superficie de 8 882 hectares est la plus vaste du district de Bamako. Sa population est d’environ 600 000 habitants et elle est constituée de dix quartiers
Chaque commune est géré par un conseil communal et un maire élu

PROJET

  • Prix « Mme propre » dans l’assainissement qui est revenu à la commune V du district de Bamako avec 300 000 FCFA
  • Vulgarisation des poubelles subventionnées et distribution de petits matériels d’assainissement (brouettes, râteaux, pelles).
  • En tant que président de l’AMM, Boubacar Bah soutient des actions de développement dans les communes d’Ansongo, de Ménaka, Banamba, Dioïla, grâce au partenariat avec l’Association Internationale des maires.
  • Création de nouveaux partenariats, notamment avec la conférence sous-régionale africaine sur le dialogue entre les municipalités, encore appelé processus de Palerme. L’Afrique du Sud, le Zimbabwe, le Kenya, le Sénégal et plusieurs autres pays du continent africains étaient à Bamako avec toutes leurs associations des collectivités du 20 au 3 juin 2010.

La Communauté malienne en France Environ 120 000 non-binationaux
Le Mali met l’accent sur l’intégration régionale, notamment dans le domaine du maintien de la paix. Membre fondateur de l’Union économique et monétaire Ouest-Africaine et de la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest, il a était le premier pays à ratifier le projet d’Union africaine.
Parallèlement, ses liens avec les Etats-Unis s’accroissent notamment suite à la signature d’un accord de coopération avec la Société des Défis du Millénaire destiné à financer sur 5 ans des aménagements au Mali. En outre, le Nord du Mali est une région stratégique pour les Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme.
Enfin, la francophonie est vue par le Mali comme un instrument important de sa diplomatie.

Le processus de décentralisation malien remonte à l’époque coloniale, dès 1918.
En 1992, la nouvelle constitution malienne renforce le processus en consacrant le principe de libre administration des collectivités locales et instituant un Haut conseil des collectivités locales, sorte de seconde chambre du parlement avec des prérogatives particulières en matière de décentralisation et de développement local.
Le Mali repose ainsi sur 3 niveaux de collectivités territoriales : les régions, les cercles et les communes.
Plus précisément, le pays compte 8 régions administratives, 49 cercles et 703 communes.
Bamako, capitale du Mali, dispose d’un statut particulier. Erigé un district avec un maire élu, la ville est divisée en 6 communes ayant chacune un conseil communal et un maire.

Principales attributions des collectivités locales

  • Les cercles
  • protection de l’environnement
  • création et gestion des équipements collectifs d’intérêt du cercle
  • organisation des activités de productions rurales et agro-sylvo pastorales
  • organisation des activités artisanales et touristiques
  • projets de jumelage et actions de coopération avec les collectivités maliennes et étrangères

Les communes

  • éducation des enfants
  • alphabétisation
  • santé primaire et maternité
  • gestion des infrastructures d’intérêt local
  • environnement

Le Mali et la France entretiennent des relations étroites, la francophonie étant vue par le Mali comme un instrument important de sa diplomatie et la diaspora malienne en France étant très importante.

Dans le domaine économique, la France est le premier fournisseur du Mali, avec une présence économique française relativement importante sur place et un fort développement du tourisme à destination du Mali.

En matière de coopération, la France est le premier partenaire au développement du Mali, entre l’aide publique au développement, la coopération militaire et la coopération décentralisée. Ces échanges ont été formalisés dans un document-cadre de partenariat signé le 7 juillet 2006 à Bamako autour de 3 secteurs prioritaires : éducation et formation, eau et assainissement, et appui au secteur productif. Un autre axe fort de la coopération tourne autour du thème du co-développement, en association les migrants maliens à l’effort de coopération française.

Plus spécifiquement, le Mali est le premier bénéficiaire de la coopération décentralisée française avec près de 150 jumelages.