Baalbeck

Baalbeck

Accord de coopération

Baalbeck

Municipalité de Baalbeck
Square du Sérail
Baalbeck - Liban
- baalbeckmunicipality@gmail.com
- Tel +961/8 377 019 - +961/8 370 214
- Contact : Mme Abir Jbeily, chargée des relations internationales
- ajbeily@yahoo.com
- +961/71 29 0207

Liban

Baalbeck fait partie d’une fédération de municipalités. Il en existe 4 au Liban. Celle de Baalbeck est la plus conséquente.

2 319 km2

82600 habitants dans la ville même - 105000 habitants dans l’aire urbaine (2017). Baalbeck est également la capitale d’un District qui se nomme Baalbeck-Hermel qui regroupe 102 villages pour une population globale de 381000 habitants.

Université d’ALBA (Académie Libanaise des Beaux Arts) première institution d’enseignement supérieur au Liban. L’université libanaise (la seul université publique), l’université St Joseph...

1250

Fouad Balouk

3 ans (prochaines élections en 2022)

PIB : 20% du PIB du LIban (PIB du Liban chiffré à 22,3 Milliards de dollars en 2005)
Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB :

  • Agriculture : 17 %
  • Industrie : 14%
  • Tertiaire : 69 %
    Baalbeck est l’un des sites archéologiques les plus importants du Liban. Il est principalement constitué d’une acropole romaine impressionnante en taille et en beauté. C’est à l’est de ce site que s’est constitué la vieille ville, dont le quartier al Qalaa forme une bonne partie.
    Baalbeck est une ville des Tanzimat, comprenant un sérail ottoman et d’autres équipements caractéristiques de cette période (poste de police, tribunal) et quelques voies orthogonales. On y trouve des maisons à trois arcades typiques aussi de cette période. Les maisons à cour plus anciennes présentent la particularité d’avoir des cours plus spacieuses que partout au Liban, et un habitat composé de deux corps de logis situés sur les 2 côtés opposés de la cour.
    Actuellement, des projets financés par la banque mondiale sont sous étude pour remettre en valeur et le site archéologique et les quartiers anciens des environs.
    Par ailleurs, Le Festival international de Baalbeck est l’événement culturel le plus ancien et le plus prestigieux du Moyen-Orient.
    Dès 1955, des activités culturelles sont organisées au sein des ruines romaines. En 1956, gérée par des bénévoles, l’Association prend le nom officiel de « Festival international de Baalbeck ». Cette institution, soutenue par le président de la République de l’époque, Camille Chamoun, devient alors une des institutions officielles du gouvernement dont la mission est de promouvoir la vie culturelle et touristique du pays. En 1966, le festival fonde une école d’art dramatique dans le but de promouvoir le théâtre libanais.
    Chaque été, il rassemble des artistes du monde entier dans des domaines variés tels que la danse, la musique classique, jazz, ou encore l’opéra. Il attire aujourd’hui plus de 40 000 spectateurs pendant les mois de juillet et d’août.

Située à 85 km à l’est de Beyrouth, Baalbeck est le centre administratif et économique de la Beqaa-Nord. Les prestigieux vestiges de ses temples sont le cadre d’un festival de renommée internationale

Le contexte de guerre que le Liban a connu pendant de nombreuses annLe contexte de guerre que le Liban a connu pendant de nombreuses années a empêché le processus de décentralisation libanais de se développer. Même si, depuis 1989, le processus a été renforcé avec l’accord de Taëf mettant fin à la guerre civile et insistant sur la nécessaire redynamisation de l’échelon local, la décentralisation libanaise reste un processus inachevé. L’organisation territoriale est composée d’un seul niveau de collectivités locales, les communes (Baladiyya), au nombre de 66, mais certaines compétences restent exercées au niveau central.

Les municipalités restent aujourd’hui la seule institution décentralisée au Liban reconnue par la loi. Elle jouit d’une indépendance morale, administrative et financière. Le Mokhtar (maire) est élu au suffrage universel direct. Il apparaît comme le représentant des autorités centrales également. La constitution libanaise ne mentionne pas de décentralisation. Les compétences sont décidées par le Ministère de l’Intérieur dès lors que le nombre d’habitants et les revenus locaux prévisionnels atteignent un certain seuil. Comme 585 communes (sur les 945), Baalbeck fait partie d’une fédération de municipalités.

Relations politiques
Ces dernières années de nombreuses visites au Liban ont été effectuées aussi bien par le Président de la République que par différents ministres, témoignage de l’intensité des relations que la France entretient avec le Liban.
La priorité de l’action française en faveur du Liban vise la défense de la souveraineté et de l’indépendance du Liban, pays pluriconfessionnel en plein processus de restauration de sa souveraineté.

Relations économiques
La France contribue à la reconstruction du Liban depuis la fin de la guerre civile, en particulier dans certains secteurs stratégiques (eau, électricité, transport aérien et maritime) et en faveur de la remise à niveau de certains services clés de l’Etat. L’Agence française de développement (AFD) participe également activement à cette coopération.
La France est le 1er investisseur étranger au Liban avec près d’une centaine d’implantations dans le domaine des services essentiellement (établissements bancaires, financiers et d’assurance).

Relations culturelles, scientifiques et techniques
Un accord bilatéral de coopération culturelle, scientifique et technique a été signé en octobre 1993 afin de renforcer les relations franco-libanaises en la matière.
La priorité de ces échanges est la consolidation de la francophonie au Liban, seul pays francophone de la région avec la Syrie, ce qui constitue un point d’appui majeur pour la France. Cela passe notamment par un renforcement de l’enseignement du français et de la présence française dans le secteur audiovisuel (programme régionale Cèdre notamment).

Voir en ligne :