Aix-en-Provence obtient le label Eco jardin

Publié dans Mon cadre de vie - Explorer cette rubrique

La Ville d’Aix vient d’obtenir le label Eco-jardin pour son parc Christine Bernard. Ce label récompense les collectivités engagées dans une démarche globale de gestion écologique de leurs espaces verts. Valable trois ans, il récompense le travail mené conjointement par les équipes des Espaces verts et du Museum d’histoire naturelle.

Le label eco jardin

Le label EcoJardin est un outil de communication et de reconnaissance à destination du public, des équipes d’entretien et des élus. Les principes de base du label sont les suivants :

  • Un label par site, qui s’assure toutefois que le gestionnaire du site est bien engagé dans une démarche globale de gestion écologique
  • Des audits réalisés par des organismes externes compétents et indépendants et basés sur des grilles d’évaluation communes
  • L’engagement dans une démarche d’amélioration continue

Un travail collaboratif

Ce résultat est issu de la collaboration entre la direction des Espaces verts, le Museum d’Histoire naturelle et trois associations (E4, La ligue de protection des oiseaux et les Amis du Museum). Ces dernières ont réalisé un inventaire de la faune et de la flore du parc pour répondre à un des critères d’obtention du label. Un inventaire qui, en passant, a révélé que le parc Christine Bernard possédait une riche biodiversité.

L’audit nécessaire à l’obtention du label prévoit différents volets : préservation des sols, gestion de l’eau, suivi et préservation de la biodiversité, optimisation de la gestion du parc, sensibilisation du public et de la formation des agents dans les différents domaines de la gestion écologique...

Redonner le goût de la nature

Ce premier succès est aussi un test grandeur nature pour les agents des Espaces verts ainsi que pour le public qui fréquente les parcs. En effet, pendant les trois ans à venir, ce dispositif permettra d’améliorer les modalités d’entretien de ces espaces d’une façon respectueuse de l’environnement et aussi de redonner au grand public le goût d’un environnement plus riche et moins contraint par l’homme.