150ème anniversaire du Marquis Folco de Baroncelli

Publié dans Actualités - Explorer cette rubrique

Le chantre, « l’inventeur » de la Camargue est né à Aix-en-Provence. La Ville lui rend hommage le 1er novembre, jour de sa naissance

La biographie de Folco de Baroncelli écrite par la poétesse Henriette Dibon commence en ces termes : « La découverte de la Camargue est récente. Elle ne remonte guère plus haut que la fin du XIXe siècle.

Jusque-là, elle était à peu près inconnue. Les terres cultivées y étaient peu nombreuses. L’élevage des chevaux y était presque abandonné. La plus grande partie du delta était impénétrable. Son climat rude décourageait tout peuplement. Vers 1880, ce pays d’eaux instables et de terres inachevées, vrai champ de bataille où s’affrontaient les éléments, était encore considéré comme une contrée interdite où ne s’aventuraient que les braconniers, les proscrits, les déserteurs et les contrebandiers. Et puis, un jour, vint un cavalier. »

Ce cavalier c’est le marquis Folco de Baroncelli que la profession de son père fit naître à Aix, dans le quartier Mazarin, un premier novembre en l’an 1869.

Toutefois, les Baroncelli, toujours pour des raisons professionnelles, quitteront assez rapidement la capitale de la Provence. Ainsi Folco passera son enfance chez sa grand-mère au château de Belle Coste, près de Nîmes, puis il épousera la fille du propriétaire du domaine des Fines Roches à Châteauneuf du Pape. Renonçant au destin doré qui lui était promis, le couple s’installera aux Saintes-Maries-de-la-Mer. Baroncelli crée sa manade et désormais s’y consacrera pleinement voulant rendre aux chevaux et taureaux la pureté de la race, pour éviter que ne se perdent à jamais « les taureaux aux cornes de lyre et les cavales aux crinières d’écume marine ». Parallèlement à son activité de manadier, grâce à Folco de Baroncelli la nature camarguaise va prendre un autre visage conte Annelyse Chevalier, auteur de « Le Bois des Rièges » et de « Les Gardians de Camargue » : « les marais et les sansouires vont briller de nouveaux reflets, illuminer les âmes et la littérature régionale.
Folco aime ce qu’il voit autour de lui en Camargue, aussi nu et aride que ce soit. Et il a cette incroyable capacité en lui de faire changer le regard, de l’éclairer. La beauté cachée de ces paysages, il va les révéler. Il va changer la donne. Jusqu’à les faire aimer, jusqu’à les faire envier, jusqu’à les faire convoiter aussi. Mais lucide et perspicace, il va savoir comment les protéger et en faire une terre inviolable et respectée ».
« Conscient de la fragilité de cet équilibre naturel devant l’homme et ses aspirations parfois extravagantes quand il s’agit de profit, dès 1922, inquiété par ce projet de drainage du Vaccarès, Baroncelli demande déjà à l’État de créer une sorte de parc naturel ». Une réserve zoologique et botanique est créée en 1927 et le Parc naturel régional de Camargue verra le jour en 1970.

Par ailleurs, le Parc poursuit et développe toutes les actions entreprises pour la conservation et la promotion des races locales de chevaux et de taureaux. Rappelons que la race du cheval Camargue est reconnue par arrêté ministériel en 1978 avec la création du livre généalogique et qu’en 1999 il est créé le livre généalogique de la race de taureau Camargue, la « Raço di biòu ».

Folco de Baroncelli le précurseur avait vu juste, il serait satisfait.

La ville d’Aix qui l’a vu naître, s’associe aux nombreuses manifestations qui, des Saintes-Maries-de-la-Mer à Avignon en passant par Sceaux en région parisienne, jalonnent l’année 2019 en lui rendant hommage ce vendredi premier novembre, jour de sa naissance, en présence des descendants directs du Marquis, du Capoulié du Félibrige et des félibres, du Capitaine et des membres de la Nacioun Gardiano qu’il fonda, de personnalités du monde de la « bouvine » et de Camargue et, très symboliquement, en présence de « Zintkala » cheval Camargue de la lignée baroncellienne.

Programme

Aix-en-Provence - Vendredi 1er novembre 2019

  • 10h : Eglise félibréenne du Saint-Esprit, 40 rue Espariat, messe célébrée en provençal par monseigneur Michel Desplanches, vicaire général du diocèse d’Aix et Arles, majoral du Félibrige.
  • 11h : Cortège de l’église du Saint-Esprit à la rue du 4 septembre par la rue de la Masse et le cours Mirabeau.
  • 11h30 : Devant la plaque commémorative apposée sur sa maison natale à l’occasion de la Santo-Estello de 1970, à l’angle des rues Goirand et du 4 septembre, cérémonie d’hommage en présence de « Zintkala » cheval Camargue de la lignée baroncellienne.
  • 12h : Verre de l’amitié servi sur la place des quatre Dauphins.

    Crédit photo : Fonds Taillet/Mairie SMM